LGO39C1 : TD2 – Des Terres Australes à l’Australie : La découverte du monde

australia

Après avoir présenté les différents sujets d’exposé, nous nous intéresserons au cours de ce TD à la découverte de l’Australie.

Dans un article paru dans la revue Mappemonde, Brian Hooker revient sur la connaissance de l’Australie par les peuples du pourtour méditerranéen. En s’arrêtant sur la carte du monde de Ptolémée et les flux marchands et humains reliant l’Australie et l’Europe l’article nous interpelle sur l’équilibre entre savoirs théoriques et savoirs empiriques. Nous verrons au cours de ce TD comment à partir de connaissances théoriques, la découverte de l’Australie fût possible.

Aristote et à sa suite Ptolémée (140 av J-C) défendent l’idée d’une Terra Australis. L’Eurasie et les masses terrestres importantes de l’hémisphère nord devaient être théoriquement équilibrées par des masses terrestres équivalentes dans l’hémisphère sud. Les cartes de Ptolémée représentent l’Océan Indien comme étant fermé au sud par une masse terrestre importante : Terra Australis Incognita. Cette carte deviendra très populaire au cours de la Renaissance, une époque de redécouverte des savoirs et des connaissances de la Grèce Antique. L’existence de ces Terres Australes se verra confirmer par des informations plus ou moins empiriques venant de l’Orient : la Bible (le pays d’Ophir exploré par Solomon), récits de Marco Polo (le pays de Locac au sud de Java), informations glanées auprès marchands chinois et malais (en contact avec des pêcheurs travaillant au large des côtes australiennes)…

Au cours du XVIème siècle, avec le développement de la navigation au long cours et des expéditions maritimes (Magellan, Diaz), la représentation cartographique et les récits sur les Terres Australes se précisent. Les cartes de l’Ecole de Dieppe (1540-1560) offrent un bon exemple de ce renouveau. Plusieurs cartes représentent la Grande Jave, une péninsule de la Terra Australis. Ces cartes font pourtant débat : les Portugais ont-ils exploré une partie de la côte australienne ? Les Portugais ont-ils repris des cartes chinoises ? Est-ce la première représentation fidèle d’une partie de la côte australienne ? Ou avons-nous encore affaire à une représentation ptolémaïque ?

Alors que le Nouveau Monde a été découvert et reste à l’époque colonisé par les puissances portugaises et espagnoles, l’existence de Terres Australes nourrit l’ambition coloniale de la France. Plusieurs cartographes, savants, entrepreneurs (Le Testu, Lancelot Voisin de La Popelinière, Francisque et André d’Albaigne) défendent l’idée de Terres Australes aux richesses aussi fabuleuses que celle du Nouveau Monde. Ces cartes font le lien entre une cosmographie d’inspiration antique et de nouvelles préoccupations impérialistes.

A partir du XVIIème siècle les navigateurs hollandais explorent les côtes australiennes (Janszoon, 1606, Tasman, 1642, 1644). Des navigateurs espagnols (Torres, 1606) et plus tard anglais (Dampier, 1688) naviguent aussi à proximité de ces côtes. En 1766 la Royal Society fait appel à James Cook pour explorer l’Océan Pacifique afin de suivre la trajectoire de Vénus par rapport au Soleil. Après deux ans de navigation, James Cook atteint la côte australienne et il débarque avec ses hommes dans ce qui deviendra Botany Bay le 29 avril 1770. Il remonte ensuite la côte orientale de l’Australie. La découverte des côtes australiennes est alors achevée. Pourtant, en 1772 Cook repart pour une seconde expédition dont l’objectif est de découvrir les vraies Terres Australes. Naviguant à des latitudes toujours plus australes, Cook ne trouve aucune trace de ce continent. En 1778, les premiers bagnards anglais sont envoyés à Botany Bay.

La recherche des Terres Australes a entraîné la découverte de l’Australie. Même si l’existence des Terres Australes reposait sur un présupposé infondé (le nécessaire équilibre des masses terrestres), cette représentation du monde datant de l’Antiquité a nourri les désirs d’empire des puissances européennes.

Questions

Par rapport au texte de Brian Hooker :

1- Identifiez les différents éléments théoriques justifiant l’existence d’un continent austral.

2- Identifiez les différents éléments empiriques qui vont substantialiser l’existence de ce continent.

Documents

Brian Hooker (2000) Ptolémée connaissait-il l’Australie ? Mappemonde, n°3, pp.37-40 http://www.mgm.fr/PUB/Mappemonde/M300/Hooker.pdf

Cartes

https://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/f/f0/Claudius_Ptolemy-_The_World.jpg

https://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/2/28/Desceliers_1550_map_-_Australia_detail.jpg

https://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/9/90/Thevenot_-_Hollandia_Nova_detecta_1644.png