LGO39C1 : TD3 – Déconstruire le regard colonial : les Aborigènes, entre nature et civilisation

Au cours de ce TD nous reviendrons sur le regard colonial et la nécessaire mise à distance de l’Autre lors de toute entreprise coloniale.

Ce texte de Peter Dowling revient sur la représentation iconographique des Aborigènes dans les journaux illustrés australiens de la deuxième moitié du XIXème siècle. En replaçant ces gravures et leurs commentaires, largement diffusées par la presse, dans leur contexte historique et social, Peter Dowling interroge le regard colonial porté sur les Aborigènes. Loin d’être figée, la distance instaurée entre les colons anglo-saxons et les Aborigènes n’a cessé d’évoluer au cours du XIXème siècle. Plusieurs éléments vont conditionner la représentation des Aborigènes par les colons :

– le contexte historique

Au gré de l’intensité des conflits entre colons et Aborigènes, la teneur des représentations évoluent. On passe ainsi de représentations mettant en scène les Aborigènes à l’état de Nature (le Bon Sauvage), comme élément inoffensif du paysage, à des gravures mettant en avant la violence des conflits pour la terre (le mythe de la Frontière), et enfin des gravures soulignant l’inéluctabilité de l’assimilation (mariages, le rôle de la station et de sa mission civilisatrice).

– Les représentations scientifiques et philosophiques

Plusieurs représentations scientifiques concurrentes vont se relayer au cours du XIXème siècle pour appréhender les Aborigènes et leur position dans l’échelle du Progrès.

Inspirée des principes des Lumières, une première représentation repose sur l’idée d’un cycle et l’existence d’étapes de l’état de Nature à l’état de civilisation (« The Course of Empire » pour reprendre une figure artistique, voir les tableaux de Thomas Cole) : sauvages > société pastorale > société agricole > société urbaine-marchande. Selon cette théorie, les Aborigènes seraient les descendants d’une civilisation sophistiquée, et l’intérêt porté aux Aborigènes se teinte de nostalgie et de romantisme (un parallèle évident avec l’orientalisme en vogue à l’époque).

Après 1860 et les premières théories évolutionnistes de Charles Darwin, la perception des Aborigènes ne repose plus sur une vision cyclique du progrès (progrès>déclin>progrès) mais sur une conception linéaire (progrès>déclin). Parce qu’ils seraient restés isolés trop longtemps des autres civilisations et seraient donc restés éloignés du progrès, les Aborigènes seraient condamnés à l’extinction. Dans la lutte pour la suprématie civilisationnelle et raciale, les Aborigènes n’ont plus d’autres choix que de s’assimiler.

Les années 1850 marquent le début du dénigrement régulier des Aborigènes. A partir des années 1880 ce dénigrement devient indifférence face à cette population incapable de s’adapter. A la fin du XIXème siècle et au début XXème siècle, les Aborigènes sont remisés dans les expositions coloniales, les Freak Shows, et des reconstitutions de villages aborigènes, organisées par certains éclairés nostalgiques de ces bons sauvages.

Ce texte nous montre que le rapport à l’altérité est toujours le produit de perceptions concurrentes, qui s’ancrent dans un temps et un territoire donné.

Document

Peter Dowling (1998) Aborigines of Australia under Civilisation. As seen in Colonial Illustrated Newspapers. La Trobe Journal, No 61, pp. 33-43

http://nishi.slv.vic.gov.au/latrobejournal/issue/latrobe-61/t1-g-t6.html#n43