LGO39C1 : TD4 – Réinventer le multiculturalisme en Australie

australia

A l’instar d’autres pays d’immigration (Canada, USA…), l’Australie aime à projeter l’image d’une nation multiculturelle et riche de la diversité de ses communautés (héritage européen, aborigène, asiatique, pacifique).

Pourtant plusieurs événements ont récemment remis en question ce modèle. Le sort tragique réservé aux Aborigènes lors de la colonisation, entre extermination et assimilation forcée, est devenu un enjeu de mobilisation politique, notamment sur la mise en place d’une politique de réparation en direction des Aborigènes. La multiplication des violences interraciales entre jeunes issus de l’immigration asiatique et jeunes australiens blancs interpelle à l’heure où l’Australie se rapproche, économiquement et politiquement, de l’Asie au dépend d’alignements géopolitiques hérités de la Guerre Froide et de l’époque coloniale (USA, Grande-Bretagne).

A travers une revue d’articles parus dans The Guardian, on s’intéressera donc au multiculturalisme en Australie. Reposant sur des catégorisations floues (qui sont les aborigènes aujourd’hui ?), ou des grilles de lecture confortables (clash of civilisation), nous verrons que la réification des identités telle qu’elle est relayée dans les médias ne dit rien de la complexité des situations.

Les Aborigènes : de l’assimilation à la reconnaissance ?

Ces trois articles reviennent sur la place des Aborigènes dans l’Australie actuelle. Jusque dans les années 1960-70 les Aborigènes étaient considérés comme des citoyens de deuxième classe : minorité légale, générations volées (le placement des enfants mixtes dans des institutions d’éducation), signalétique pour connaître le pourcentage de sang aborigène…

Le PM Kevin Rudd a adressé des excuses officielles à la communauté aborigène sur la question des générations volées. Son prédécesseur John Howard s’y était toujours refusé arguant du fait que les générations présentes ne seraient être tenues responsables des souffrances infligées aux Aborigènes dans le passé (tout en les déplorant). La question de réparations financières reste toujours hors de propos.

Pourtant si les Aborigènes n’ont plus à souffrir d’un racisme administratif et légal (sauf dans le Northern Territory), leur situation économique et sociale reste toujours aussi problématique (alcoolémie endémique, pauvreté). La multiplication des mariages interraciaux (supérieurs p. ex. à ceux des USA) semble indiquer une intégration accrue des Aborigènes avec le reste de la société australienne.

http://www.guardian.co.uk/world/2009/aug/27/aborigines-un-racism-australia

http://www.guardian.co.uk/world/2008/feb/13/australia

http://www.guardian.co.uk/world/2009/apr/06/aborigines-australia-marriage

Les gangs, la plage et le choc des civilisations

Début décembre 2005, l’agression de deux sauveteurs par un gang de délinquants d’origine libanaise sur la plage de Cronulla dans la banlieue de Sydney déclenche une vague de violences interraciales. La manifestation de protestation qui rassemble plusieurs milliers de personnes dégénère avec des agressions sur des passants de « type arabe » (Wog bashing). S’en suivent des expéditions punitives menées par des jeunes d’origine arabe et plus tard par de jeunes australiens blancs. La situation devient incontrôlable. Trois ans après l’attentat de Bali qui a vu le décès de 88 Australiens, à une époque où l’Australie est engagée en Afghanistan et en Irak au côté des USA, le pays se découvre sur la ligne du « clash of civilisation ».

Le premier article vient rappeler le déroulement des faits, le rôle joué par les médias et notamment les radios dans la création d’un climat de tensions exacerbées. A travers leurs talk-shows et les émissions de libre-antenne, elles relaient les rumeurs les plus folles, les positions les plus extrémistes, qui renforcent les stéréotypes racistes.

Le deuxième article, écrit un an après les événements de Cronulla Beach, donne un angle assez différent à l’affaire et rappelle l’importance de l’ancrage territorial. La plage est un espace public par excellence particulièrement dans la région de Sydney où il est un lieu important de socialisation pour chaque communauté : espace de rencontre, lieu d’échange et de partage. Les sauveteurs ont par ailleurs une dimension iconique forte en Australie (jeunes, sportifs, dédiés à la communauté). L’agression des deux sauveteurs est donc ressenti comme un acte fort contre la communauté et contre son territoire. Cette agression n’est par ailleurs pas le premier fait d’arme de ce gang de jeunes d’origine libanaise sur cette plage. La manifestation est donc pour la communauté l’occasion de reprendre le contrôle territorial de la plage (« Reclaim the Beach »). Il existe par ailleurs une tradition de confrontations violentes entre gangs pour le contrôle des plages (dès les années 1950-60 : les Bodgies, les Widgees, les Surfies…).

Ce qui n’aurait pu être qu’un conflit localisé a pris des proportions démesurées à l’heure d’un clash of civilisation mal digéré par les différents protagonistes (médias, groupuscules d’extrême droite…). Si les Libanais forment une petite minorité en Australie, le règne de l’amalgame leur donne une visibilité disproportionnée. Le conflit de Cronulla Beach nous renvoie à la théorie défendue par A. Appadurai dans Fear of small numbers. A geography of anger. selon laquelle les minorités posent problème aux sociétés parce qu’elles questionnent une cohésion sociale et nationale supposément achevée.

http://www.guardian.co.uk/world/2005/dec/18/australia.bernardoriordan

http://www.guardian.co.uk/world/2006/oct/21/australia.mainsection


Vous aimerez aussi...