Des patients, des praticiens et des murs : Penser le bien-être à l’hôpital en Inde et ailleurs

CEIAS hopital poster

Mardi 29 septembre 2015, à partir de 9h15

Dans le cadre de l’atelier Idéologies et pratiques du « bien-être »
Centre d’Études de l’Inde et de l’Asie du Sud (CEIAS) – EHESS, Paris

Organisation
Clémence Jullien, Bertrand Lefebvre, Fabien Provost

Présentation de la journée d’étude

Dans le cadre de l’Atelier Idéologies et pratiques du « bien-être » coordonné par C. Guenzi, L. Pordié et R. Voix (CEIAS-EHESS), cette journée d’étude veut s’intéresser à l’hôpital en Inde, un lieu de soins de plus en plus fréquenté par les patients locaux et étrangers. Il s’agit pour les organisateurs à la fois de présenter une partie de leurs travaux respectifs (1), d’offrir un panorama actualisé de la recherche sur un espace de prise en charge en mutation (2), et d’ouvrir une discussion sur la place du « bien-être » dans l’hôpital à partir de recherches croisées (Inde, France, Maroc) (3).
Avec l’allongement de l’espérance de vie, l’essor des maladies dégénératives, le développement de l’assurance-santé, y compris pour les patients pauvres (p.ex. RSBY) et l’implantation de nouvelles politiques de santé, le secteur hospitalier indien connaît de profondes mutations. Des hôpitaux « cinq étoiles » aux petites maternités de quartier, le système hospitalier se développe avec une pluralité d’offres et de services alignée sur la forte fragmentation de la société indienne.
Aujourd’hui, les hôpitaux publics indiens ploient sous la double contrainte de ressources financières et humaines limitées et de patients toujours plus nombreux. Les cliniques privées se multiplient dans le pays sans contrôle effectif apparent. Les patients méconnaissent leurs droits et se plaignent fréquemment du rapport au personnel médical. Enfin, l’hospitalisation entraîne des milliers de familles à travers le pays dans la spirale de l’endettement et de la pauvreté. La notion de bien-être apparait ainsi en creux et, loin de se limiter à une dimension purement médicale, s’inscrit dans des dimensions matérielles, économiques, réglementaires et socioculturelles.
Cependant, au nom du bien-être du patient, des protocoles sont établis (prise en charge, relation patient-médecin), des hôpitaux sont transformés (réorganisation des services et des espaces), des choix thérapeutiques sont opérés (équipement médical, spécialisation). Parallèlement à ces orientations qui répondent à des normes biomédicales et institutionnelles, l’hôpital est aussi un lieu où différentes conceptions du bien-être se confrontent, coexistent et parfois s’hybrident. Ainsi, plusieurs hôpitaux privés très récents adoptent les principes du Vastu Shastra, l’architecture traditionnelle hindoue et des protocoles de soins intégrant soins biomédicaux et thérapies traditionnelles (Ayurveda) sont crées.
La notion de bien-être apparait ainsi comme un prisme intéressant pour interroger les (dys)fonctionnements et les mutations du système hospitalier et, plus globalement, pour analyser la pluralité des normes sanitaires et des acteurs en jeu.
Cette journée d’étude se fixe également pour objectif de penser le cas de l’Inde en matière de bien-être à l’hôpital grâce à la comparaison avec la situation d’autres pays. Les interventions et discussions nous conduiront ainsi à rapprocher ou distinguer la situation indienne de celle du Brésil, de la France ou du Maroc.