Un atlas du recensement indien de 2011

Introduction

L’Inde réalise depuis 1871 un recensement exhaustif de sa population. Tous les dix ans, cet exercice de grande ampleur (The Hindu, 2010) est l’occasion pour les autorités, comme pour les chercheurs, d’analyser les changements démographiques, sociaux et économiques qui affectent la population indienne. Même si on peut discuter la validité de certaines définitions, comme pour les unités urbaines (Denis, Marius-Gnanou, 2011), la lenteur avec laquelle certaines données sont rendues publiques, notamment à des échelles désagrégées (villages, arrondissements), ou l’intérêt d’un recensement décennal contre d’autres méthodes plus dynamiques, les données du recensement constituent une entrée unique pour comprendre les différenciations spatiales qui marquent le territoire indien.

L’objectif du présent dossier n’est pas d’analyser en détail les résultats du recensement de 2011, ni de faire émerger une géographie de l’Inde (voir Durand-Dastès, 2012 pour une première analyse des résultats). Par une série de cartes, on veut offrir une approche exploratoire du territoire de ce pays-continent. À partir de la cartographie de données démographiques, sociales et économiques pour les 640 districts qui composaient l’Inde en 2011, se dessine un pays marqué par la permanence de fortes disparités régionales. La géographie de ces disparités change en fonction des indicateurs retenus qui font apparaître tantôt des discontinuités entre nord et sud, est et ouest, espaces côtiers et marges de l’intérieur, voire entre sous-ensembles régionaux. Si la cartographie est un puissant révélateur de la fragmentation du territoire indien, il reste à comprendre les processus sociaux, économiques et politiques à l’oeuvre derrière la distribution spatiale d’un indicateur. Le lecteur est donc invité à se reporter à des ouvrages généraux (p.ex. Landy, Varrel 2015) ou des ressources en ligne (p.ex. Dossier Inde, Géoconfluences, 2015) pour explorer dans le détail certaines des questions soulevées par ces cartes.

L’Union Indienne

Cours

Séance 1 – Les minorités tribales en Inde

Au cours de cette séance, on abordera la place des minorités tribales en Inde. Le territoire est au cœur de la reconnaissance de l’identité tribale et de la place de ces minorités dans la société indienne. Des communautés tribales sont reconnues comme telles dans certains États de l’Union Indienne mais pas dans d’autres. De larges pans du territoire indien sont des zones protégées au nom de la préservation des tribaux et de leur identité. Des États et des entités administratives sont créés pour garantir aux tribaux un contrôle politique sur leur territoire et ses ressources. Cette territorialisation de la catégorie tribale, toujours en évolution, ne se fait pas sans heurts, et sert des intérêts contradictoires : préservation de l’identité tribale vs intégration de ces communautés à la société indienne.

Lefebvre, Géoconfluences, 2015 : un article synthétique sur la place des minorités tribales.

Séance 2 – Politiques de santé et réseaux de soins en Inde

Au cours de cette séance, nous reviendrons sur les politiques de santé et les réseaux de soins en Inde. A l’Indépendance, l’Inde souhaite s’orienter vers un système de soins public accessible à tous. Soixante ans plus tard, le secteur privé est devenu l’entrée privilégiée du système de soins pour le patient indien. À travers une approche sensible aux discontinuités territoriales, nous mettrons en perspective les mécanismes politiques, économiques et sociaux à l’œuvre dans la privatisation des soins. On reviendra aussi sur les difficultés à faire émerger une politique de santé et des réseaux de soins d’échelle nationale face à la forte fragmentation du territoire indien en termes de profils épidémiologiques et d’offre de soins.
Lefebvre B, Transcontinentales, 2007 : un article sur la privatisation progressive du système hospitalier indien.
Lefebvre B, Cybergéo, 2015 : un article sur l’essor et le déclin d’un réseau de cliniques franchisées en Inde.