La Territorialisation des Groupements Hospitaliers de Territoire

Problématique

Suite à la Loi Santé de janvier 2016, les établissements publics de santé doivent adhérer à un Groupement Hospitalier de Territoire (GHT). Ces groupements ont pour objectif de mutualiser les moyens humains, financiers et techniques (1) et de mieux organiser les parcours des patients entre les différents établissements d’un territoire (2). Cette réforme, par son ampleur et la rapidité de son déploiement initial vient modifier le paysage hospitalier du pays, et peut être perçue comme un pas en avant supplémentaire vers la fusion des établissements hospitaliers publics.
Alors que la Loi du 27 janvier 2016 et que le Décret du 27 avril 2016 précisent assez clairement les missions, la gouvernance et le fonctionnement des GHT, la définition des GHT en terme de composition d’établissements et de délimitation de leur territoire, est restée beaucoup plus ouverte. Jusqu’au 01 juillet 2016 les établissements pouvaient proposer sur une base volontaire la constitution de GHT aux ARS. Cela n’a pas empêché certaines ARS de développer en parallèle leurs propres propositions sur les regroupements à opérer. Certains élus sont aussi intervenus pour défendre l’ancrage local de certains groupements et dénoncer la formation de GHT trop étendus et potentiellement déséquilibrés spatialement et institutionnellement. Par ailleurs si les CHU font partie obligatoirement d’un GHT, ils sont aussi associés aux autres GHT de leur territoire, entraînant une différentiation marquée entre les établissements des différents réseaux auxquels le CHU prend part. Passé le 01 juillet 2016, et en l’absence d’un projet médical commun, les ARS peuvent imposer un GHT aux établissements.
Quelques mois après ces premiers mouvements, on doit constater que ce qui aurait pu être une opportunité unique de repenser l’articulation entre réseaux de soins, territoires sanitaires, territoires administratifs, bassins de vie des populations et bassins hospitaliers, n’a pas donné lieu à une concertation suffisante. Certains GHT sont calqués sur un découpage départemental peu pertinent d’un point de vue hospitalier et démographique. Dans une même région se côtoient des GHT composés de quelques établissements et des GHT très étendus avec un CHU comme établissement support. Des dynamiques de groupement interdépartementales et interrégionales, déjà en place ou à développer, ont été rattrapées par la force des découpages administratifs, continuant de marginaliser spatialement certains territoires périphériques par rapport à l’offre hospitalière.

UE3 : Interventions en Santé Publique Environnementale

UE3SQ1 La transition épidémiologique dans les pays pauvres et émergents

Présentiel : Lundi 03.04.17 | 14:00 – 17:00

Résumé
Ce cours prendra comme point de départ le concept de transition épidémiologique d’Abdel Omran pour montrer comment depuis près de 40 ans les trajectoires démographiques et épidémiologiques au niveau mondial et à l’échelle régionale (Afrique, Asie,…) ont évolué. Si certains indicateurs synthétiques indiquent une amélioration globale de l’état de santé des populations, voire une forme de convergence à l’échelle mondiale, nous verrons que les trajectoires de certaines régions, de certains pays, et de certains groupes démographiques se sont complexifiées. On reviendra sur les principaux indicateurs utilisés pour mesurer l’état de santé et le bien-être des populations (IDH, DALY, Global Burden of Disease) et sur le poids croissant des maladies liées à l’environnement.

UE3SQ2 De la santé internationale à la santé globale

Présentiel : Mardi 05.04.17 | 09:00 – 12:00

Résumé
On présentera dans ce cours les étapes, les acteurs clés et l’organisation générale de la santé publique internationale. La dernière décennie a été marquée par un certain nombre d’initiatives et de crises sanitaires (Objectifs de Développement du Millénaire, SARS, Ebola) qui ont transformé la gouvernance de l’action sanitaire internationale. On reviendra notamment sur la montée de nouveaux acteurs ONG, fondations philanthropiques) dans la formalisation et le développement de politiques de santé publique globale, et leur rôle parfois ambigu face à des enjeux sanitaires et politiques locaux. A travers différents exemples d’interventions et de programmes en Asie et en Afrique, nous montrerons l’importance de considérer le succès (et l’échec) de politiques de santé dans des perspectives historiques, géographiques et politiques locales.

Module 114 : Environmental and Occupational Health Sciences

S10 | Spatializing Environmental Health

March 08th, 2017 09:00am-12:00pm

Session Introduction
Geographic Information Systems have been absolutely fundamental in revealing patterns of inequalities in environmental exposures and mapping them. Many advances (GPS, remote sensing, open geographic data…) that have occurred in the past 20 years have helped us to better understand the spatial and temporal dimensions of exposures that are either harmful or beneficial for people’s health. . We will present state-of-the-art methods, assessing environmental exposure and analyzing data on population, health events, and risk factors. We will address several methodological issues related to the use of geographic information and spatial analysis and modelling in environmental health (privacy, MAUP, ecological fallacy, homogeneity/heterogeneity…).
Case studies will be developed to illustrate the current methods used and the potential of spatial data and GIS tools (examples of different health effects, ways of exposure in urban and rural areas…)

Learning Objectives
At the end of the session, the students should be able to:
– Describe the spatial and temporal dimensions of environmental exposures
– Summarize the state of the art GIS methods assessing environmental exposures
– Discuss major methodological issues while using GIS analysis for environmental health

References

Required Reading
Richardson D et al., Spatial Turn in Health Research Science. 2013 March 22; 339(6126): 1390–1392
Yang, Shoff, Noah, Spatializing health research: what we know and where we are heading Geospat Health. 2013 May ; 7(2): 161–168.
Boulos K. et al, Crowdsourcing, citizen sensing and sensor web technologies for public and environmental health surveillance and crisis management: trends, OGC standards and application examples International Journal of Health Geographics 2011 10:67

Case studies
Buscail C, Upegui E, Viel JF. Mapping heatwave health risk at the community level for public health action. International Journal of Health Geographics, 2012, 11(1), pp.38.
Herbreteau V, Demoraes F, Khaungaew W, Hugot JP, et al. Use of geographic information system and remote sensing for assessing environment influence on leptospirosis incidence, Phrae province, Thailand. International Journal of Geoinformatics, 2006, 2(4), pp. 43-50.
Fabre P. Daniau C, Goria S, Crouy-Chanel P, Paez A, Empereur-Bissonnet P. Study of the incidence of cancers close to municipal solid waste incinerators. Summary. Saint Maurice (Fra): French Institute for Public Health Surveillance, July 2009, 29p.
Chevrier C, Serrano T, Lecerf R, Limon G, et al. Environmental determinants of the urinary concentrations of herbicides during pregnancy : The PELAGIE mother – child cohort (France). Environment International 63(2014): 11-18.

Supplemental Reading
Cromley E, McLafferty S, GIS and Public Health (Second Edition). 2012. New York, NY: Guilford Press. 503
Albert D, Gesler W, Levergood B. Spatial analysis, GIS and remote sensing applications in the health sciences. 2000.Sleeping bear press. 231p. (pdf available on internet)

Websites, Links

https://toxmap.nlm.nih.gov/toxmap/

https://ejscreen.epa.gov/mapper/index.html

Major 231 : Spatial Analysis

Description

January 16th-20th, 2017
Coordination: Cindy Padilla

Mapping is a useful and powerful tool to represent information which varies on a territory. It is particularly true in public health issues where health determinants are multiples and may be related to individual behavior and also to neighborhood factors which are not equally distributed in the space.
Detecting clusters grouping small areas at greater health risk tends to be a appropriate method to orientate public health action. An explanatory spatial analysis can then be applied assessing the relationship between the cluster and the neighborhood characteristics in order to reveal risk factors of the health event.

Course learning objectives

After completing this course, students will be able to:
– Map geographic data
– Create geographic datasets
– Conduct basic spatial analyses
– Apply GIS to several public health disciplines

Module Structure

Session 1
Day 1: Introduction to spatial analysis and working with geographic data
Monday January 18th, 10:00 – 12:00 am and 1.00 – 4.00 pm
Day 2: Spatial analysis data maps and spatial tools – computer lab (ArcGIS)
Tuesday January 19th, 9:00 -12:00 and 1:00 – 4:00 pm
Session 2
Day 3: Spatial statistics – computer lab (ArcGIS) and conference
Wednesday January 20th, 9:00 -12:00 and 1:00 – 4:00 pm
Day 4: Detection of a cluster – computer lab (ArcGIS and Satscan)
Thursday January 24th, 9:00 -12:00 and 1:00 – 4:00 pm
Session 3
Day 5: Critical lecture of spatial article and exam
Friday January 25th, 9:00 -12:00 and 1:00 – 4:00 pm