Module 233: Geographic Information System and Environmental Health

Introduction

Geographic Information Systems (GIS) have been absolutely fundamental in revealing patterns of inequalities in environmental exposures and mapping them. Many advances (GPS, remote sensing, open geographic data…) that have occurred in the past 20 years have helped us to better understand the spatial and temporal dimensions of exposures that are either harmful or beneficial for people’s health.

Students will learn how to apply GIS principles and tools to create maps and conduct basic spatial analysis investigations in environmental health. Using GoogleMaps, QGIS and a range of online geographic and environmental databases, students will learn how to create and manage spatial information. The module will introduce the best practices regarding cartographic principles and manipulation of vector and raster layers to create powerful maps and visualizations. Students will learn how to interpret and communicate results based on maps. Finally, basic spatial analysis tools (buffers, kriging, distance and density measures) will be introduced to the audience. While course’s materials will be based on environmental health cases (i.e. planetary health), the methods and tools covered can be applied to other areas (i.e. health services research). This module, while being open to any student, is a required introduction to the module 231 on Spatial Statistical Analysis (ISB Track).

Learning Objectives

At the end of the module, the students should be able to:

  • Investigate a public health issue using geographic information and spatial analysis
  • Create and manage geographic information
  • Design, create and interpret maps as well as basic spatial analysis results

References

Cromley, E., McLafferty S. (2011) GIS and Public Health, Guilford Press


Journée d’étude Pollutions de l’air et (in)action publique

Mesurer et gouverner les toxiques atmosphériques du nord au sud.

Cette journée d’étude est organisée par Renaud Hourcade, Jean-Pierre Le Bourhis et Bertrand Lefebvre dans le cadre du chantier « Environnement, écologie politique et développement durable » du laboratoire.

Dans les pays industrialisés du Nord, la pollution de l’air s’est installée durablement sur l’agenda gouvernemental à partir des années 50, suite à la révélation de ses impacts aigus et chroniques sur la santé. Elle demeure aujourd’hui un problème majeur, en dépit de l’accumulation de connaissances et de programmes d’intervention. Quelques décennies plus tard, le décollage économique et la croissance urbaine des pays du Sud exposent ces derniers aux mêmes ravages de la pollution de l’air ambiant, devenu l’un des fléaux des mégalopoles du Sud-est asiatique, de l’Amérique du sud et de l’Afrique. Selon des évaluations récentes de l’OMS, 91 % de la population mondiale respire un air toxique, à l’origine de 7 millions de décès par an.

Face à ce qui est devenu une cause globale, l’écart demeure important entre des connaissances et données produites de plus en plus massivement, conduisant pour certaines à des alertes largement médiatisées, et une action publique hésitante. L’affichage occasionnel d’un volontarisme politique masque difficilement des effets limités, dont témoignent les dépassements répétés des seuils sanitaires. Ce décalage se constate, selon des formes différentes, au Nord comme au Sud.

Des travaux classiques de sciences sociales se sont penchés sur cette inertie de l’action publique (Crenson 1971, Dupuis 2004, Grant et al. 1999) ou, plus récemment, sur les mises en œuvre différenciées des instruments de lutte contre la pollution de l’air (Knoepfel 2007 ; Larrue 2000). La recherche a aussi éclairé le rôle des acteurs scientifiques et plus largement des intervenants et dispositifs liés à la mesure dans la perception des problèmes publics (Boutaric et Lascoumes 2008; Charvolin et al, 2015).  Le questionnement est en partie renouvelé aujourd’hui par la multiplication des modes de mesures et de production de données (microcapteurs, modélisation et cartographie fines, exploitation des données publiques…) et par la diversification de leurs producteurs (organismes officiels, chercheurs, ONG, mouvements de science citoyenne, entreprises, voire simples individus…).

A travers la présentation de travaux de recherche et deux tables-rondes, cette journée vise à mettre en relation les réflexions menées sur les pays du Nord et les problèmes que soulève la situation dans les pays du Sud, où des pollutions intenses se conjuguent à des problèmes de gouvernement (sur l’Inde (Véron 2006 ; Kornberg 2013). Les contributions permettront de dégager les points de comparaison entre les trajectoires du problème et de sa régulation au Nord et au Sud, à partir de points de vue disciplinaires variés. Ce moment d’échange vise également, face à ce problème majeur de santé publique, à rapprocher des chercheurs et experts intéressés par le sujet pour dégager de nouvelles pistes de recherche, à la fois pluridisciplinaires et transnationales.

Références

  • Boutaric Franck et Lascoumes Pierre, 2008, « L’épidémiologie environnementale entre science et politique. Les enjeux de la pollution atmosphérique en France », Sciences sociales et santé, Vol. 26, 4 : 5-38
  • Charvolin, Florian, Stéphane Frioux, Léa Kamoun, François Mélard, Isabelle Roussel, 2015, Un air familier ? Sociohistoire des pollutions atmosphériques, Paris : Presses des Mines.
  • Crenson, Matthew, 1971, The Un-politics of Air Pollution. A study of Non-Decisionmaking in the Cities,Baltimore : The Johns Hopkins University Press.
  • DuPuis, Melanie E., 2004, Smoke and mirrors: the politics and culture of air pollution, New-York : New York University Press.
  • Grant, Wyn, Perl, Anthony, et Knoepfel, Peter (ed.), 1999, The politics of improving urban air quality, Cheltenham UK/Northampton USA : Edward Elgar.
  • Knoepfel, Peter, 2007, Environmental Policy Analyses, Springer, Berlin, Heidelberg.
  • Kornberg, Dana, 2013, “The politics of sanitation in India: cities, services and the state”, Environmental Politics, 22,2 : 358-360
  • Larrue, Corinne, 2000, Analyser les politiques publiques d’environnement., L’Harmattan, Paris, 2000
  • Véron, René, 2006, “Remaking urban environments: the political ecology of air pollution in Delhi”, Environment and Planning A, vol. 38, n° 11 : 2093-2109.

Programme de la journée

9h – Accueil – Café

9h30 – Introduction : «  Savoir et ne pas pouvoir. Les limites au gouvernement des pollutions atmosphériques» ,  Jean-Pierre Le Bourhis, UMR  Arenes, CNRS-Univ Rennes 

09h45 – 12h30 – Les politiques de prévention des pollutions de l’air  :  quelles interactions entre actions publiques et mesures de l’air ?

09h45 – 10h30    « Le gouvernement de la qualité de l’air en France : ignorances politiques et répertoire limité d’actions », Franck Boutaric

 10h30 – 11h15   « Production et mise à disposition des données de qualité de l’air en France. Vers un ‘’nouveau modèle économique de surveillance’’? », Théo Moreau, Université Paris-Est, UMR LISIS 

 11h15 – 12h30   Table ronde :  Savoirs sur l’air et (in)action publique : enjeux de connaissances et de décision  (avec notamment Philippe Quenel (LERES, EHESP) et Olivier Blanchard (EHESP))

12h30 – 13h30 – Buffet déjeunatoire

13h30 – 16h15 – Les problèmes de la pollution atmosphérique au prisme du Sud 

13h30 – 14h15    « Gouverner la qualité de l’air à Delhi : construction et défaillances d’une régulation inefficace », Bertrand Lefebvre, UMR Arènes, EHESP

14h15 – 15h00    « Le débat environnemental en Chine. L’exemple de la pollution aux particules fines», Nolwenn Salmon, Laboratoire d’anthropologie des mondes contemporains (LAMC) de l’université Libre de Bruxelles (ULB)  

15h00 – 16h15    Table ronde de conclusion

16h15 – 17h00 – Conclusion  de la journée

Télécharger le programme

La Territorialisation des Groupements Hospitaliers de Territoire

Problématique

Suite à la Loi Santé de janvier 2016, les établissements publics de santé doivent adhérer à un Groupement Hospitalier de Territoire (GHT). Ces groupements ont pour objectif de mutualiser les moyens humains, financiers et techniques (1) et de mieux organiser les parcours des patients entre les différents établissements d’un territoire (2). Cette réforme, par son ampleur et la rapidité de son déploiement initial vient modifier le paysage hospitalier du pays, et peut être perçue comme un pas en avant supplémentaire vers la fusion des établissements hospitaliers publics. Alors que la Loi du 27 janvier 2016 et que le Décret du 27 avril 2016 précisent assez clairement les missions, la gouvernance et le fonctionnement des GHT, la définition des GHT en terme de composition d’établissements et de délimitation de leur territoire, est restée beaucoup plus ouverte. Jusqu’au 01 juillet 2016 les établissements pouvaient proposer sur une base volontaire la constitution de GHT aux ARS. Cela n’a pas empêché certaines ARS de développer en parallèle leurs propres propositions sur les regroupements à opérer. Certains élus sont aussi intervenus pour défendre l’ancrage local de certains groupements et dénoncer la formation de GHT trop étendus et potentiellement déséquilibrés spatialement et institutionnellement. Par ailleurs si les CHU font partie obligatoirement d’un GHT, ils sont aussi associés aux autres GHT de leur territoire, entraînant une différentiation marquée entre les établissements des différents réseaux auxquels le CHU prend part. Passé le 01 juillet 2016, et en l’absence d’un projet médical commun, les ARS peuvent imposer un GHT aux établissements. Quelques mois après ces premiers mouvements, on doit constater que ce qui aurait pu être une opportunité unique de repenser l’articulation entre réseaux de soins, territoires sanitaires, territoires administratifs, bassins de vie des populations et bassins hospitaliers, n’a pas donné lieu à une concertation suffisante. Certains GHT sont calqués sur un découpage départemental peu pertinent d’un point de vue hospitalier et démographique. Dans une même région se côtoient des GHT composés de quelques établissements et des GHT très étendus avec un CHU comme établissement support. Des dynamiques de groupement interdépartementales et interrégionales, déjà en place ou à développer, ont été rattrapées par la force des découpages administratifs, continuant de marginaliser spatialement certains territoires périphériques par rapport à l’offre hospitalière.

Si dans l’esprit, la création des GHT devait laisser une place importante à l’initiative locale et à une reconnaissance des besoins de santé propres à chaque territoire (santé populationnelle), la définition du périmètre de nombreux GHT s’est faite selon d’autres impératifs, et selon des logiques imposées ou fortement suggérées par les autorités de tutelle (ARS, Ministère de la Santé). A travers ce projet on veut donc ouvrir la boîte noire de la territorialisation des GHT.

Comment les périmètres territoriaux des GHT ont-ils été définis ? Par qui ? Sur quels critères opérationnels, démographiques, budgétaires et spatiaux ? Quelle a été l’implication des élus locaux et des autorités de tutelle ? Si ces questionnements rétrospectifs sont essentiels pour comprendre la formation des GHT et leur implantation territoriale, il paraît tout aussi important de se placer dans une démarche prospective, à un moment où les GHT doivent aller plus en avant sur la définition de leur stratégie. Comment les établissements des GHT envisagent-ils leur nouveau territoire d’action ? En fonction du profil sanitaire et socio-économique de leur territoire, les GHT vont-ils définir des stratégies spécifiques, notamment dans la mise en place de partenariats avec des établissements médicosociaux et privés ? Quelles sont les stratégies de regroupement et de mutualisation d’activités envisagées au sein des GHT ? Ont-elles été pensées dans leurs dimensions spatiales, et notamment en termes d’accessibilité pour les patients et de desserte des territoires ? Quelles sont les marges de manœuvre existantes pour modifier et faire évoluer la composition d’un GHT et de son territoire ?

Méthodologie Proposée

Pour étudier la territorialisation des GHT, on propose une méthodologie reposant sur trois axes. Un travail bibliographique (1) sur les textes et les rapports officiels qui ont servi de cadrage à la mise en place des GHT, sera nécessaire. Une attention particulière sera portée à la dimension territoriale du processus de création des GHT telle qu’elle a été définie et appréhendée dans ces documents (quelles règles ? quelles contraintes ? quels acteurs ?).

A partir de l’analyse d’un corpus de données et de documents cartographiques (2) issus de différentes sources (ATIH, ARS, INSEE…) et préparés en amont, le groupe étudiera le profil sanitaire et socio-économiques des territoires des GHT des régions Bretagne, Normandie et Pays de la Loire. Ce travail collectif sera l’occasion de réfléchir à l’articulation entre les GHT et d’autres territoires qu’ils soient sanitaires, administratifs ou de vie. Ce travail permettra aussi d’identifier les problématiques spécifiques à chaque GHT en termes d’organisation de l’offre de soins et d’accès aux services. Des entretiens semi-directifs (3) seront menés en sous-groupes auprès des acteurs clés de la naissance des GHT (ARS, élus, directions d’établissements) dans les trois régions et sur une sélection raisonnée de GHT. Cette sélection pourra reposer à la fois sur des problématiques territoriales (espaces transfrontaliers, espaces enclavés), des problématiques organisationnelles (CHU comme établissement support, groupements entre établissements “égaux”) et des problématiques politiques (GHT défendu par des élus locaux, GHT “imposé” par les autorités de tutelles). Ces entretiens permettront de préciser les conditions de naissance des GHT sélectionnés, les modalités de coopération qui se mettent en place entre établissements et enfin d’interroger les différents acteurs sur l’ancrage territorial de ces nouvelles entités, notamment la dimension territoriale du projet médical spécifique à chaque GHT. Plusieurs réunions collectives et échanges à distance viendront jalonner le travail du groupe. La rédaction d’un rapport collectif articulant les résultats de ces trois axes viendra conclure ce projet.

Terrain envisagé

Trois régions sont privilégiées pour mener ce travail : la Bretagne, la Normandie et les Pays de la Loire. Ces trois régions présentent plusieurs similitudes, en termes de taille démographique et de superficie (±3M. d’habitants, ±30000 km2), d’organisations territoriales (pôles métropolitains, petites villes, zones rurales) et de réseaux de soins (2 CHU dans chaque région). Pourtant, les choix opérés localement ont été très différents, avec au final 8 GHT en Bretagne, 11 GHT en Normandie et seulement 5 GHT en Pays de la Loire. La proximité géographique de ces trois régions permettra aussi d’interroger la permanence des frontières administratives face à des logiques de regroupement plus en adéquation avec les bassins de vie des populations.

UE3 : Interventions en Santé Publique Environnementale

sfax

UE3SQ1 La transition épidémiologique dans les pays pauvres et émergents

Présentiel : Lundi 03.04.17 | 14:00 – 17:00

Résumé
Ce cours prendra comme point de départ le concept de transition épidémiologique d’Abdel Omran pour montrer comment depuis près de 40 ans les trajectoires démographiques et épidémiologiques au niveau mondial et à l’échelle régionale (Afrique, Asie,…) ont évolué. Si certains indicateurs synthétiques indiquent une amélioration globale de l’état de santé des populations, voire une forme de convergence à l’échelle mondiale, nous verrons que les trajectoires de certaines régions, de certains pays, et de certains groupes démographiques se sont complexifiées. On reviendra sur les principaux indicateurs utilisés pour mesurer l’état de santé et le bien-être des populations (IDH, DALY, Global Burden of Disease) et sur le poids croissant des maladies liées à l’environnement.

UE3SQ2 De la santé internationale à la santé globale

Présentiel : Mardi 05.04.17 | 09:00 – 12:00

Résumé
On présentera dans ce cours les étapes, les acteurs clés et l’organisation générale de la santé publique internationale. La dernière décennie a été marquée par un certain nombre d’initiatives et de crises sanitaires (Objectifs de Développement du Millénaire, SARS, Ebola) qui ont transformé la gouvernance de l’action sanitaire internationale. On reviendra notamment sur la montée de nouveaux acteurs ONG, fondations philanthropiques) dans la formalisation et le développement de politiques de santé publique globale, et leur rôle parfois ambigu face à des enjeux sanitaires et politiques locaux. A travers différents exemples d’interventions et de programmes en Asie et en Afrique, nous montrerons l’importance de considérer le succès (et l’échec) de politiques de santé dans des perspectives historiques, géographiques et politiques locales.

UE3SQ3 Changement global et santé publique environnementale

Présentiel : Mardi 05.04.17 | 13:00 – 16:00, Mercredi 06.04.17 | 09:00 – 12:00

Changement global et santé publique environnementale – Résumé
Les changements climatiques, la dégradation accélérée de l’environnement, de la biodiversité, et des ressources hydriques, causés par les activités anthropiques, sont la source de nouveaux risques environnementaux face auxquels certains pays et certaines régions sont particulièrement vulnérables (Afrique, Asie, Amérique Latine). Le changement environnemental (Global Environnemental Change) se présente comme un nouveau défi pour l’action sanitaire. On présentera dans ce cours les interactions entre risques environnementaux et risques sanitaires, et les effets directs et indirects du changement environnemental sur la santé. On reviendra aussi sur des exemples de programmes visant à maîtriser ces nouveaux risques à différentes échelles (local, régional, international).

Urbanisation et santé publique environnementale – Résumé
Une majorité de la population mondiale vit désormais en ville. L’urbanisation à l’échelle mondiale se déploie désormais dans le contexte de pays pauvres et émergents où cette croissance urbaine, souvent mal maîtrisée (bidonvilles, pollution de l’eau, de l’air…) expose les populations à des risques sanitaires accrus. Si à un niveau agrégé les villes présentent souvent de meilleurs indicateurs de santé qu’en zones rurales, des inégalités intra-urbaines très fortes existent à la fois en termes d’états de santé et d’exposition aux risques sanitaires. On présentera différents exemples de programmes et d’interventions visant à réduire l’exposition à différents risques sanitaires et à mieux protéger la santé des habitants dans les villes des pays pauvres et émergents.

UE3SQ4 Exemples d’interventions en santé publique environnementale

Présentiel : Mercredi 06.04.17 | 13:00 – 16:00, Jeudi 07.04.17 | 09:00 – 12:00

Eau, Assainissement et Hygiène – Résumé
EAH (WASH en anglais) est le terme qui couvre l’ensemble des enjeux relatifs à l’eau, à l’assainissement et à l’hygiène. Des progrès notables ont été réalisés depuis les années 1990 sur l’accès à l’eau potable et à un assainissement de base, ainsi que sur la diffusion de bonnes pratiques d’hygiène. Aujourd’hui, 91 % de la population mondiale a un accès à de l’eau propre et potable, et 68 % à un assainissement amélioré (une installation qui évite le contact avec les excréments humains). A l’échelle mondiale, le nombre de décès dus aux maladies diarrhéiques a été divisé par deux depuis les années 1990. Pourtant dans certaines régions, et notamment en Afrique, la situation reste très critique. On présentera différents programmes d’interventions (UNICEF, OMS) et le besoin de penser ces interventions de manière intégrée entre accès à l’eau potable, amélioration de l’assainissement et communication sur les bonnes pratiques d’hygiène.

Les méthodes d’Evaluation d’Impacts sur la Santé – Résumé
On présentera ici l’Evaluation d’Impacts sur la Santé (Health Impact Assessment en anglais) et sa méthodologie. Alors que les projets d’aménagements et d’équipements se multiplient en Afrique, il est important d’en évaluer les impacts positifs et négatifs pour la santé des populations. On présentera les différentes étapes de la démarche EIS (screening, scoping, assessment, recommandation, evaluation), ainsi qu’une autre méthodologie s’appuyant sur l’implication des communautés locales (Community Environmental Health Assessment – CEHA). Le cours présentiel reposera sur un travail collectif autour de différents sites de l’agglomération de Sfax (Projet de développement urbain Taparura, Projet de métro, site de la SIAPE).

Modalités pédagogiques et d’examen

Pour chaque Séquence vous trouverez des liens, des articles, des vidéos. Vous devez consulter activement ces ressources pour préparer et compléter ce qui sera couvert en cours.

Vous êtes invités à participer activement durant les cours présentiels en partageant vos questions, vos points de vue et vos expériences avec l’ensemble de la classe.

– Vendredi 08.04.17 09:00 – 11:00 : examen sur table autour d’une série de questions portant sur l’ensemble des cours en présentiel (60%).

– Dimanche 30.04.17 : une composition autour d’une intervention en santé publique environnementale (1000 mots max., Police : Arial, 11, Interligne : 1,5) (40%).