Module 101 : Introduction to Global Health

S3 | Urbanization and Global Health

Wednesday, December 14th, 2016 01:00pm-04:00pm

Session Outline

  • The rise of urbanization and what it means for health
  • Health Governance in cities: the case of Bangkok(Thailand)
  • Urban planning for better health outcomes: the case of Delhi (India)
  • Environmental justice in cities: fighting air pollution in Delhi (India)
  • Conclusion

Learning Objectives

  • Demonstrate the importance of local institutional and environmental contexts in assessing the health status of city dwellers
  • Demonstrate the need to reduce health inequalities in cities through clear objectives definition and policies that are population/areas-based

Minor 212 : Advanced Policy Analysis in Health Services and Public Health

monod

S3 | Health Policy, Health Services and
Geography

Wednesday, October 18th, 2016 9:00am-12:00pm

Session Outline

  • Introduction to the use of maps and GIS in health policy and health services analysis
  • Hospital Planning: the case of Le Havre (France)
  • Measuring hospital services accessibility: the case of Delhi (India)
  • Exploratory Spatial Data Analysis: the case of an insurance programme for the poor in Andhra Pradesh (India)
  • Conclusion

Learning Objectives

  • Demonstrate the importance of understanding maps as media that convey messages/information that can be truncated and that could lead to wrong decisions
  • Assess and discuss the role of maps for measuring health policies outcomes

Minor 217 : Global environmental change and health

S6 | Urban environment, infectious disease transmission and control programmes: the example of dengue in Asian cities

Wednesday, October 26th, 2016 1:00pm-4:00pm

Session Outline

  • Introduction on dengue transmission and urban environment
  • The case of Delhi
  • The case of Bangkok
  • Rethinking dengue prevention and control programmes in urban settings
  • Conclusion

Learning Objectives

  • Assess and discuss vector-borne disease transmission in complex urban environments
  • Demonstrate the importance of spatial scales in analyzing the interplay between environmental changes and infectious disease transmission
  • Assess and discuss the role of local-scale human interventions in the transmission of dengue

References

Reiner RC Jr, Achee N, Barrera R, Burkot TR, Chadee DD, Devine GJ, et al. (2016) Quantifying the Epidemiological Impact of Vector Control on Dengue. PLoS Negl Trop Dis 10(5): e0004588. doi:10.1371/journal.pntd.0004588
Salje H. et al. (2012) Revealing the microscale spatial signature of dengue transmission and immunity in an urban population. Proc Natl Acad Sci; 109(24):9535-8. doi:10.1073/pnas.1120621109
Telle O, Vaguet A, Yadav NK, Lefebvre B, Cebeillac A, Nagpal BN, et al. (2016) The Spread of Dengue in an Endemic Urban Milieu–The Case of Delhi, India. PLoS ONE 11(1):e0146539. doi:10.1371/journal.pone.0146539

Un atlas du recensement indien de 2011

atlasindia2

Introduction

L’Inde réalise depuis 1871 un recensement exhaustif de sa population. Tous les dix ans, cet exercice de grande ampleur (The Hindu, 2010) est l’occasion pour les autorités, comme pour les chercheurs, d’analyser les changements démographiques, sociaux et économiques qui affectent la population indienne. Même si on peut discuter la validité de certaines définitions, comme pour les unités urbaines (Denis, Marius-Gnanou, 2011), la lenteur avec laquelle certaines données sont rendues publiques, notamment à des échelles désagrégées (villages, arrondissements), ou l’intérêt d’un recensement décennal contre d’autres méthodes plus dynamiques, les données du recensement constituent une entrée unique pour comprendre les différenciations spatiales qui marquent le territoire indien.

L’objectif du présent dossier n’est pas d’analyser en détail les résultats du recensement de 2011, ni de faire émerger une géographie de l’Inde (voir Durand-Dastès, 2012 pour une première analyse des résultats). Par une série de cartes, on veut offrir une approche exploratoire du territoire de ce pays-continent. À partir de la cartographie de données démographiques, sociales et économiques pour les 640 districts qui composaient l’Inde en 2011, se dessine un pays marqué par la permanence de fortes disparités régionales. La géographie de ces disparités change en fonction des indicateurs retenus qui font apparaître tantôt des discontinuités entre nord et sud, est et ouest, espaces côtiers et marges de l’intérieur, voire entre sous-ensembles régionaux. Si la cartographie est un puissant révélateur de la fragmentation du territoire indien, il reste à comprendre les processus sociaux, économiques et politiques à l’oeuvre derrière la distribution spatiale d’un indicateur. Le lecteur est donc invité à se reporter à des ouvrages généraux (p.ex. Landy, Varrel 2015) ou des ressources en ligne (p.ex. Dossier Inde, Géoconfluences, 2015) pour explorer dans le détail certaines des questions soulevées par ces cartes.

Présentation des données

Les données mobilisées sont issues du site web du recensement indien (Census of India). Les cartes ont été réalisées avec Philcarto. Les 25 cartes sont rassemblées par thème (Populations, Minorités, etc…). Face aux spécificités de certains indicateurs, on en présente la définition sous chaque thème.

Afin de faciliter les comparaisons, nous avons privilégié des discrétisations avec des seuils clairs et similaires d’une carte à l’autre, notamment lorsqu’il s’agissait du même indicateur, comme pour l’alphabétisation de la population générale et celle des femmes. Dans le même esprit, nous avons utilisé autant que possible des doubles gradients de couleurs pour mettre en avant certains seuils importants : une majorité de femmes dans la population, une majorité de la population alphabétisée, etc…

Plusieurs cartes présentent le croisement de deux variables. Sur un graphique bivarié, chaque unité spatiale est représentée par un point dont les coordonnées traduisent les valeurs sur les deux indicateurs. On peut ainsi faire apparaître une droite de régression, les coefficient de corrélation (R) et de détermination (R2) et les couloirs des résidus (7 classes au total). Plus le coefficient de détermination est proche de 1, plus le pouvoir prédictif du modèle est fort. Il s’agit ensuite de cartographier les résidus de la régression et de mesurer les écarts par rapport au modèle de régression linéaire entre les deux variables. Ce type d’analyse offre souvent un angle alternatif sur la géographie d’un indicateur. La géographie de l’alphabétisation des femmes prend une autre dimension lorsqu’on la met en regard avec celle des hommes, et l’on mesure mieux la force des discriminations dans certaines régions pour l’accès à l’éducation des femmes.

Les cartes de ce dossier sont sous licence Creative Commons BY-NC-ND 4.0 et peuvent donc être réutilisées notamment dans le cadre d’enseignements, et de travaux universitaires sous certaines conditions. Vous pouvez vous reporter au lien précédent pour comprendre les différentes clauses de ce type de licence (attribution, partage autorisé, pas d’utilisation commerciale, pas de modification).

Le dossier cartographique

Populations | Minorités | Urbanisation

Démographie | Déséquilibres du genre | Alphabétisation

Population active | Agriculture | Industries et services

Populations

top

Minorités

Tribaux et Dalits : Le recensement indien enregistre uniquement les tribaux et les dalits dont les groupes sont enregistrés au niveau de chaque État de l’Union (Scheduled Tribes, Scheduled Castes). Il n’y a pas de listes de tribaux au Punjab, en Haryana, à Chandigarh, Delhi, et Pondicherry. Il n’y a pas de listes de dalits au Nagaland, à Andamans et Nicobars et aux Laquedives.

top

Urbanisation

Unité urbaine : Il existe des localités reconnues comme villes par leur statut (Statutory Towns : municipalités, cantonnements militaires…). Mais l’essentiel des villes recensées reposent sur la définition du Census of India (Census Towns). La localité doit compter plus de 5000 habitants, avoir une densité supérieure à 400 hab./km2, et moins de 25 % de la population active masculine totale engagée dans le secteur agricole. En cas de contiguïté, plusieurs villes peuvent constituer une agglomération urbaine (Urban Agglomeration).

top

Démographie

top

Les déséquilibres de genre

top

Alphabétisation

Alphabétisation : Toute personne âgée d’au moins de sept ans et capable de lire et écrire est considérée comme alphabétisée.

top

La population active

Travailleurs précaires : Tout actif n’ayant pas travaillé de manière régulière au cours des six derniers mois est enregistré comme travailleur précaire. (Marginal Workers).

top

L’agriculture

Cultivateurs : Un actif est considéré comme cultivateur s’il travaille sur ses propres terres ou des terres louées à autrui.
Travailleurs agricoles : Un actif est considéré comme travailleur agricole, s’il travaille sur des terres en échange d’une rémunération.

top

Les industries et les services

Les actifs des industries et des services : Ce groupe est composé de l’ensemble des actifs qui ne sont engagés ni dans l’agriculture (cultivateurs et travailleurs agricoles) ni dans l’industrie domestique (household industry).
Les actifs non-agricoles : Ce groupe est composé de l’ensemble des actifs qui ne sont pas engagés dans l’agriculture (cultivateurs et travailleurs agricoles).

top

Citer cet article : « Un atlas du recensement indien de 2011 », par Bertrand Lefebvre. Publié sur Ao-Seine le 14/03/2016. Lien : https://aoseine.hypotheses.org/901.