Le développement social et économique des musulmans en Inde

muslims

[FR] Dans ce chapitre, on se propose de faire le point sur le développement social et économique des musulmans indiens. En utilisant essentiellement les résultats du recensement de 2001 et d’enquêtes de la National Sample Survey Organisation nous analysons la situation des musulmans par rapport au reste de la société. On approche la position relative des musulmans à travers la démographie, le développement économique et l’éducation. Si la situation sociale et économique de la population indienne s’est globalement améliorée depuis l’indépendance, la progression des indicateurs de développement humain a été la plus lente chez les musulmans. Des cartes montrent les fortes variations qui existent du nord au sud de l’Inde. L’ancrage et la position relative des musulmans en Inde s’apprécient mieux à une échelle régionale que nationale. Il existe un danger à rigidifier et réifier l’identité musulmane. C’est aussi le danger d’une approche fondée sur des données statistiques. Les catégories statistiques du recensement masquent la grande hétérogénéité de la communauté musulmane.

Référence

Lefebvre, Bertrand (2010) « Le développement social et économique des musulmans en Inde », in Gilquin, M. (éd) Atlas des minorités musulmanes en Asie méridionale et orientale, Editions du CNRS, Paris, pp. 47-62

Liens

[SITE]

Interviewing elites. Perspectives from medical tourism sector in India and in Thailand

[EN] This paper aims to contribute to the methodological debates on elites interview. While researching medical tourism in India and Thailand, many interviews were conducted with medical professionals, marketing and operation managers of corporate hospitals, and key members of different ministers or professional organisations in India and Thailand. Given the potential negative impacts on the local healthcare, this elite is building a discursive reality to embed medical tourism in each country. We analysed the methodological challenges faced interviewing this elite promoting medical tourism. Though not exclusive, « interviewing up » raises various methodological issues like the access to the informers, the unbalanced power relations during the interview, the reliability of information. Medical tourism being a new trend, the deconstruction of public discourses from the various medical tourism promoters was fundamental in order to extract maximum information during the interviews. The manipulation of our positionality was of great help to gain access to our informers. While not insisting on our academic and disciplinary affiliation, the diplomatic status of one of the team’s members was on the contrary very effective in giving more credibility to our requests for interview. Our positionality was again reworked through the interview’s process. During the interview, the reciprocity of information, the exchange of opinion, was of great help to build confidence among the interviewees and to gain more sensitive information.

Reference

Bochaton, Audrey, Lefebvre, Bertrand (2010) « Interviewing elites. Perspectives from medical tourism sector in India and in Thailand », in Hall, M. (éd) Fieldwork in Tourism. Methods, Issues and Reflections, Routledge, New York, pp. 85-95

Links

[SITE]

L’internationalisation des groupes hospitaliers privés asiatiques

fortisgurgaon

[FR] Depuis maintenant plusieurs années, des groupes hospitaliers comme l’indien Apollo Hospitals, le singapourien Parkways ou plus récemment le thaïlandais Bumrungrad Hospital ouvrent des hôpitaux hors de leur marché domestique. Des joint-ventures se forment entre des groupes hospitaliers étrangers et locaux. Des fonds d’investissements singapouriens et émiratis investissent dans des groupes hospitaliers thaïlandais ou indiens. Des patients du Moyen-Orient se font soigner en Inde et des patients indiens font de même à Singapour. Les projets de Medicity, large complexe hospitalier situé à proximité d’aéroports internationaux, se multiplient dans les métropoles asiatiques.

Ces tendances semblent converger vers une internationationalisation des stratégies des groupes hospitaliers privés asiatiques. Des échanges financiers, de savoir-faire (technologie, management) et humains (patients et professionnels) se mettent en place au sein de ces groupes à l’échelle de l’Asie. Dans le même temps, des organismes internationaux, des Etats, des régions, des métropoles se mobilisent pour attirer ou pour encourager le développement de ces groupes.

Ce chapitre a pour objectif de comprendre comment cette internationalisation transforme les réseaux des groupes hospitaliers privés asiatiques par les nouveaux échanges qu’elle génère. Au délà des discours tenus par ces groupes et par certains chercheurs sur un monde sans frontières, nous rappelerons le poids des différentiels territoriaux dans la définition des stratégies de développement de leur réseau. Face à ce nouveau phénomène, les Etats jouent souvent un rôle moteur qui n’est pas sans contradiction avec des objectifs d’accès aux soins pour tous.

Référence

Lefebvre, Bertrand (2010) « L’internationalisation des groupes hospitaliers privés asiatiques », in Moullé F., Duhamel S. (éds) Frontières et santé, Genèses et maillages des réseaux transfrontaliers, L’Harmattan, coll. Géographie et Cultures, Paris, pp. 167-179

Liens

[SITE]

Mapping the Scheduled Tribes: Questioning the Creation of New States

northeast

[EN] Some of the latest debates surrounding tribal population can be apprehended with the Census data and the geography’s methods. The creation in 2000 of the new so-called tribal states (Chhattisgarh and Jharkhand) is clearly a question where geography matters. One of the main arguments for the creation of these new states was the idea to give tribal population from Central India new territories to improve their political representation and to accelerate their development, thanks to decentralisation and better governance. We analyse how such agenda was translated into the territorial formation of two new administrative and political entities. Confronting these new states, with the spatial distribution of Scheduled Tribes (ST) we question their legitimacy and their relevance as new territories for better political representation of tribal populations. Chhattisgarh and Jharkhand are indeed dividing the biggest tribal pockets from the Tribal Belt without offering to the tribal population new political territories where they are representing the majority in the population.

Reference

Lefebvre, Bertrand (2011) « Mapping the Scheduled Tribes: Questioning the Creation of New States », in Berthet, S., Kumar G. (éds) New States for a New India: Federalism and Decentralization in the States of Jharkhand and Chhattisgarh, Manohar, Delhi, pp. 191-208

Links

[SITE]