Journée d’étude Pollutions de l’air et (in)action publique

Mesurer et gouverner les toxiques atmosphériques du nord au sud.

Cette journée d’étude est organisée par Renaud Hourcade, Jean-Pierre Le Bourhis et Bertrand Lefebvre dans le cadre du chantier « Environnement, écologie politique et développement durable » du laboratoire.

Dans les pays industrialisés du Nord, la pollution de l’air s’est installée durablement sur l’agenda gouvernemental à partir des années 50, suite à la révélation de ses impacts aigus et chroniques sur la santé. Elle demeure aujourd’hui un problème majeur, en dépit de l’accumulation de connaissances et de programmes d’intervention. Quelques décennies plus tard, le décollage économique et la croissance urbaine des pays du Sud exposent ces derniers aux mêmes ravages de la pollution de l’air ambiant, devenu l’un des fléaux des mégalopoles du Sud-est asiatique, de l’Amérique du sud et de l’Afrique. Selon des évaluations récentes de l’OMS, 91 % de la population mondiale respire un air toxique, à l’origine de 7 millions de décès par an.

Face à ce qui est devenu une cause globale, l’écart demeure important entre des connaissances et données produites de plus en plus massivement, conduisant pour certaines à des alertes largement médiatisées, et une action publique hésitante. L’affichage occasionnel d’un volontarisme politique masque difficilement des effets limités, dont témoignent les dépassements répétés des seuils sanitaires. Ce décalage se constate, selon des formes différentes, au Nord comme au Sud.

Des travaux classiques de sciences sociales se sont penchés sur cette inertie de l’action publique (Crenson 1971, Dupuis 2004, Grant et al. 1999) ou, plus récemment, sur les mises en œuvre différenciées des instruments de lutte contre la pollution de l’air (Knoepfel 2007 ; Larrue 2000). La recherche a aussi éclairé le rôle des acteurs scientifiques et plus largement des intervenants et dispositifs liés à la mesure dans la perception des problèmes publics (Boutaric et Lascoumes 2008; Charvolin et al, 2015).  Le questionnement est en partie renouvelé aujourd’hui par la multiplication des modes de mesures et de production de données (microcapteurs, modélisation et cartographie fines, exploitation des données publiques…) et par la diversification de leurs producteurs (organismes officiels, chercheurs, ONG, mouvements de science citoyenne, entreprises, voire simples individus…).

A travers la présentation de travaux de recherche et deux tables-rondes, cette journée vise à mettre en relation les réflexions menées sur les pays du Nord et les problèmes que soulève la situation dans les pays du Sud, où des pollutions intenses se conjuguent à des problèmes de gouvernement (sur l’Inde (Véron 2006 ; Kornberg 2013). Les contributions permettront de dégager les points de comparaison entre les trajectoires du problème et de sa régulation au Nord et au Sud, à partir de points de vue disciplinaires variés. Ce moment d’échange vise également, face à ce problème majeur de santé publique, à rapprocher des chercheurs et experts intéressés par le sujet pour dégager de nouvelles pistes de recherche, à la fois pluridisciplinaires et transnationales.

Références

  • Boutaric Franck et Lascoumes Pierre, 2008, « L’épidémiologie environnementale entre science et politique. Les enjeux de la pollution atmosphérique en France », Sciences sociales et santé, Vol. 26, 4 : 5-38
  • Charvolin, Florian, Stéphane Frioux, Léa Kamoun, François Mélard, Isabelle Roussel, 2015, Un air familier ? Sociohistoire des pollutions atmosphériques, Paris : Presses des Mines.
  • Crenson, Matthew, 1971, The Un-politics of Air Pollution. A study of Non-Decisionmaking in the Cities,Baltimore : The Johns Hopkins University Press.
  • DuPuis, Melanie E., 2004, Smoke and mirrors: the politics and culture of air pollution, New-York : New York University Press.
  • Grant, Wyn, Perl, Anthony, et Knoepfel, Peter (ed.), 1999, The politics of improving urban air quality, Cheltenham UK/Northampton USA : Edward Elgar.
  • Knoepfel, Peter, 2007, Environmental Policy Analyses, Springer, Berlin, Heidelberg.
  • Kornberg, Dana, 2013, “The politics of sanitation in India: cities, services and the state”, Environmental Politics, 22,2 : 358-360
  • Larrue, Corinne, 2000, Analyser les politiques publiques d’environnement., L’Harmattan, Paris, 2000
  • Véron, René, 2006, “Remaking urban environments: the political ecology of air pollution in Delhi”, Environment and Planning A, vol. 38, n° 11 : 2093-2109.

Programme de la journée

9h – Accueil – Café

9h30 – Introduction : «  Savoir et ne pas pouvoir. Les limites au gouvernement des pollutions atmosphériques» ,  Jean-Pierre Le Bourhis, UMR  Arenes, CNRS-Univ Rennes 

09h45 – 12h30 – Les politiques de prévention des pollutions de l’air  :  quelles interactions entre actions publiques et mesures de l’air ?

09h45 – 10h30    « Le gouvernement de la qualité de l’air en France : ignorances politiques et répertoire limité d’actions », Franck Boutaric

 10h30 – 11h15   « Production et mise à disposition des données de qualité de l’air en France. Vers un ‘’nouveau modèle économique de surveillance’’? », Théo Moreau, Université Paris-Est, UMR LISIS 

 11h15 – 12h30   Table ronde :  Savoirs sur l’air et (in)action publique : enjeux de connaissances et de décision  (avec notamment Philippe Quenel (LERES, EHESP) et Olivier Blanchard (EHESP))

12h30 – 13h30 – Buffet déjeunatoire

13h30 – 16h15 – Les problèmes de la pollution atmosphérique au prisme du Sud 

13h30 – 14h15    « Gouverner la qualité de l’air à Delhi : construction et défaillances d’une régulation inefficace », Bertrand Lefebvre, UMR Arènes, EHESP

14h15 – 15h00    « Le débat environnemental en Chine. L’exemple de la pollution aux particules fines», Nolwenn Salmon, Laboratoire d’anthropologie des mondes contemporains (LAMC) de l’université Libre de Bruxelles (ULB)  

15h00 – 16h15    Table ronde de conclusion

16h15 – 17h00 – Conclusion  de la journée

Télécharger le programme

The Spread of Dengue in an Endemic Urban Milieu–The Case of Delhi, India

delhidengue

Background
Dengue is a major international public health concern, one of the most important arthropod-borne diseases. More than 3.5 billion people are at risk of dengue infection and there are an estimated 390 million dengue infections annually. This prolific increase has been connected to societal changes such as population growth and increasing urbanization generating intense agglomeration leading to proliferation of synanthropic mosquito species. Quantifying the spatio-temporal epidemiology of dengue in large cities within the context of a Geographic Information System is a first step in the identification of socio-economic risk factors.

Asian Hospital Chains | Programme

fortisgurgaon

[FR] Je m’intéresse aux chaînes hospitalières privées en Asie depuis 2004. Depuis une vingtaine d’années, on assiste à la formation de chaînes hospitalières en Inde, en Thaïlande, à Singapour ou plus récemment en Chine. Le développement de ces entreprises est fortement lié à la mondialisation et à l’émergence de l’Asie comme un foyer économique majeur. Considérant ces nouveaux réseaux comme des innovations, je m’intéresse en particuliers aux stratégies locales (mise en réseaux) et internationales (tourisme médical) de ces groupes et à leurs conséquences sur la transformation du lieu hôpital.

[EN] I am researching private hospital chains in Asia since 2004. For twenty years, we witness the formation of hospital chains in India, Thailand, Singapore and more recently in China. The development of these companies is closely linked to globalization and the emergence of Asia as a major economic center. Considering these new networks as innovations, I am interested in the local (networks) and international (medical tourism) strategies of these groups and their impact on the transformation of the hospital as a place.

Publications

– Lefebvre, Bertrand (2015) « Emergence, diffusion et déclin d’un réseau de cliniques franchisées en Inde», Cybergeo : European Journal of Geography, document 710, http://cybergeo.revues.org/26756

[SITE]

– Lefebvre, Bertrand (2013), Les chaînes hospitalières en Inde. Quels modèles pour approcher la diffusion spatiale de ces réseaux de soins ? in Laurent Beauguitte (coord.), Les réseaux dans le temps et dans l’espace, Paris, Actes de la deuxième journée d’études du groupe fmr (flux, matrices, réseaux), http://halshs.archives-ouvertes.fr/FMR/

[HAL] | [PDF]

– Lefebvre, Bertrand (2010) Hospital Chains in India: The Coming of Age?, IFRI, Asie.Visions n°23, 30 pages, http://www.ifri.org/?page=detail-contribution&id=5824

[SITE] |[HAL] | [PDF]

– Lefebvre, Bertrand (2010) « L’internationalisation des groupes hospitaliers privés asiatiques », in Moullé F., Duhamel S. (éds) Frontières et santé, Genèses et maillages des réseaux transfrontaliers, L’Harmattan, coll. Géographie et Cultures, Paris, pp. 167-179

– Bochaton, Audrey, Lefebvre, Bertrand (2010) « Interviewing elites. Perspectives from medical tourism sector in India and in Thailand », in Hall, M. (éd) Fieldwork in Tourism. Methods, Issues and Reflections, Routledge, New York, pp. 85-95

– Lefebvre, Bertrand (2009) « ”Bringing World-class Healthcare to India”. The Rise of Corporate Hospitals », in Vaguet, A. (éd) Indian Health Landscapes under Globalization, Manohar, New Delhi, pp. 83-99

– Lefebvre, Bertrand (2008) « The Indian Corporate Hospitals: Touching Middle Class Lives »,in Jaffrelot, C., Van der Veer, P. (éds) Patterns of Middle Class Consumption in India and China, Sage, New Delhi, pp. 88-109

– Bochaton, Audrey, Lefebvre, Bertrand (2008) « The Rebirth of the Hospital: Heterotopia and Medical Tourism in Asia », in Winter, T., Teo, P., Chang, T.C. (éds) Asia on Tour. Exploring the rise of Asian tourism, Routledge, New York, pp. 97-108

Des patients, des praticiens et des murs : Penser le bien-être à l’hôpital en Inde et ailleurs

CEIAS hopital poster

Mardi 29 septembre 2015, à partir de 9h15

Dans le cadre de l’atelier Idéologies et pratiques du « bien-être »
Centre d’Études de l’Inde et de l’Asie du Sud (CEIAS) – EHESS, Paris

Organisation
Clémence Jullien, Bertrand Lefebvre, Fabien Provost

Présentation de la journée d’étude

Dans le cadre de l’Atelier Idéologies et pratiques du « bien-être » coordonné par C. Guenzi, L. Pordié et R. Voix (CEIAS-EHESS), cette journée d’étude veut s’intéresser à l’hôpital en Inde, un lieu de soins de plus en plus fréquenté par les patients locaux et étrangers. Il s’agit pour les organisateurs à la fois de présenter une partie de leurs travaux respectifs (1), d’offrir un panorama actualisé de la recherche sur un espace de prise en charge en mutation (2), et d’ouvrir une discussion sur la place du « bien-être » dans l’hôpital à partir de recherches croisées (Inde, France, Maroc) (3).
Avec l’allongement de l’espérance de vie, l’essor des maladies dégénératives, le développement de l’assurance-santé, y compris pour les patients pauvres (p.ex. RSBY) et l’implantation de nouvelles politiques de santé, le secteur hospitalier indien connaît de profondes mutations. Des hôpitaux « cinq étoiles » aux petites maternités de quartier, le système hospitalier se développe avec une pluralité d’offres et de services alignée sur la forte fragmentation de la société indienne.
Aujourd’hui, les hôpitaux publics indiens ploient sous la double contrainte de ressources financières et humaines limitées et de patients toujours plus nombreux. Les cliniques privées se multiplient dans le pays sans contrôle effectif apparent. Les patients méconnaissent leurs droits et se plaignent fréquemment du rapport au personnel médical. Enfin, l’hospitalisation entraîne des milliers de familles à travers le pays dans la spirale de l’endettement et de la pauvreté. La notion de bien-être apparait ainsi en creux et, loin de se limiter à une dimension purement médicale, s’inscrit dans des dimensions matérielles, économiques, réglementaires et socioculturelles.
Cependant, au nom du bien-être du patient, des protocoles sont établis (prise en charge, relation patient-médecin), des hôpitaux sont transformés (réorganisation des services et des espaces), des choix thérapeutiques sont opérés (équipement médical, spécialisation). Parallèlement à ces orientations qui répondent à des normes biomédicales et institutionnelles, l’hôpital est aussi un lieu où différentes conceptions du bien-être se confrontent, coexistent et parfois s’hybrident. Ainsi, plusieurs hôpitaux privés très récents adoptent les principes du Vastu Shastra, l’architecture traditionnelle hindoue et des protocoles de soins intégrant soins biomédicaux et thérapies traditionnelles (Ayurveda) sont crées.
La notion de bien-être apparait ainsi comme un prisme intéressant pour interroger les (dys)fonctionnements et les mutations du système hospitalier et, plus globalement, pour analyser la pluralité des normes sanitaires et des acteurs en jeu.
Cette journée d’étude se fixe également pour objectif de penser le cas de l’Inde en matière de bien-être à l’hôpital grâce à la comparaison avec la situation d’autres pays. Les interventions et discussions nous conduiront ainsi à rapprocher ou distinguer la situation indienne de celle du Brésil, de la France ou du Maroc.