LGO39C1 : TD1 – Terra nullius, droit foncier, et legs colonial

australia

Ce premier TD se veut une introduction à l’ensemble du semestre. A travers l’analyse d’un texte d’Isabelle Merle, nous aborderons différents thèmes du cours dans le contexte de l’Australie.

En 1992, la Haute Cour australienne reconnaît l’existence des native land rights. Le jugement du Mabo case reconnaît aux Aborigènes l’antériorité de leur droit de propriété sur le sol australien et la possibilité de revendiquer les terres laissées vacantes par la Couronne. Ce jugement remet en cause le concept de terra nullius, vieux de 200 ans et qui fût un élément fondamental de la colonisation en Australie.

Ce texte d’Isabelle Merle cristallise plusieurs enjeux qui nous intéresserons au cours de ce semestre : le découpage du monde et la classement des sociétés par les Européens, la territorialisation de ces catégories au cours de la colonisation, le legs colonial et sa gestion par l’Australie actuelle.

Questions

1- Expliquez les origines historiques et légales du concept de terra nullius. Quels critères sont retenus pour valider ce concept ?

2- Pourquoi les aborigènes d’Australie ne bénéficient-ils des mêmes droits fonciers reconnus à d’autres populations autochtones dans d’autres colonies britanniques (Nouvelle-Zélande, Canada…) ? Identifiez les différents éléments qui justifient cette situation.

3- Quelles sont les conséquences du principe de terra nullius pour les populations aborigènes ?

4- Identifiez et analysez les différents points de vue sur les droits fonciers des aborigènes chez les acteurs de la colonisation (gouvernement à Londres, gouverneurs, organisations religieuses, économiques…). Quel point de vue l’emporte au cours du XIXème siècle ? Et pourquoi ?

5- Identifiez et expliquez les différents facteurs qui vont amener la Haute Cour australienne à annuler le principe de terra nullius en 1992.

6- Quels sont les conséquences foncières, politiques et sociales de la décision de la Haute Cour australienne ?

Document

Isabelle Merle (1998) Le Mabo Case. L’Australie face à son passé colonial., Annales Histoires, Sciences Sociales, mars-avril 1998, n°2, pp.209-229

http://www.persee.fr/web/revues/home/prescript/article/ahess_0395-2649_1998_num_53_2_279661

LGO39C1 : TD2 – Des Terres Australes à l’Australie : La découverte du monde

australia

Après avoir présenté les différents sujets d’exposé, nous nous intéresserons au cours de ce TD à la découverte de l’Australie.

Dans un article paru dans la revue Mappemonde, Brian Hooker revient sur la connaissance de l’Australie par les peuples du pourtour méditerranéen. En s’arrêtant sur la carte du monde de Ptolémée et les flux marchands et humains reliant l’Australie et l’Europe l’article nous interpelle sur l’équilibre entre savoirs théoriques et savoirs empiriques. Nous verrons au cours de ce TD comment à partir de connaissances théoriques, la découverte de l’Australie fût possible.

Aristote et à sa suite Ptolémée (140 av J-C) défendent l’idée d’une Terra Australis. L’Eurasie et les masses terrestres importantes de l’hémisphère nord devaient être théoriquement équilibrées par des masses terrestres équivalentes dans l’hémisphère sud. Les cartes de Ptolémée représentent l’Océan Indien comme étant fermé au sud par une masse terrestre importante : Terra Australis Incognita. Cette carte deviendra très populaire au cours de la Renaissance, une époque de redécouverte des savoirs et des connaissances de la Grèce Antique. L’existence de ces Terres Australes se verra confirmer par des informations plus ou moins empiriques venant de l’Orient : la Bible (le pays d’Ophir exploré par Solomon), récits de Marco Polo (le pays de Locac au sud de Java), informations glanées auprès marchands chinois et malais (en contact avec des pêcheurs travaillant au large des côtes australiennes)…

Au cours du XVIème siècle, avec le développement de la navigation au long cours et des expéditions maritimes (Magellan, Diaz), la représentation cartographique et les récits sur les Terres Australes se précisent. Les cartes de l’Ecole de Dieppe (1540-1560) offrent un bon exemple de ce renouveau. Plusieurs cartes représentent la Grande Jave, une péninsule de la Terra Australis. Ces cartes font pourtant débat : les Portugais ont-ils exploré une partie de la côte australienne ? Les Portugais ont-ils repris des cartes chinoises ? Est-ce la première représentation fidèle d’une partie de la côte australienne ? Ou avons-nous encore affaire à une représentation ptolémaïque ?

Alors que le Nouveau Monde a été découvert et reste à l’époque colonisé par les puissances portugaises et espagnoles, l’existence de Terres Australes nourrit l’ambition coloniale de la France. Plusieurs cartographes, savants, entrepreneurs (Le Testu, Lancelot Voisin de La Popelinière, Francisque et André d’Albaigne) défendent l’idée de Terres Australes aux richesses aussi fabuleuses que celle du Nouveau Monde. Ces cartes font le lien entre une cosmographie d’inspiration antique et de nouvelles préoccupations impérialistes.

A partir du XVIIème siècle les navigateurs hollandais explorent les côtes australiennes (Janszoon, 1606, Tasman, 1642, 1644). Des navigateurs espagnols (Torres, 1606) et plus tard anglais (Dampier, 1688) naviguent aussi à proximité de ces côtes. En 1766 la Royal Society fait appel à James Cook pour explorer l’Océan Pacifique afin de suivre la trajectoire de Vénus par rapport au Soleil. Après deux ans de navigation, James Cook atteint la côte australienne et il débarque avec ses hommes dans ce qui deviendra Botany Bay le 29 avril 1770. Il remonte ensuite la côte orientale de l’Australie. La découverte des côtes australiennes est alors achevée. Pourtant, en 1772 Cook repart pour une seconde expédition dont l’objectif est de découvrir les vraies Terres Australes. Naviguant à des latitudes toujours plus australes, Cook ne trouve aucune trace de ce continent. En 1778, les premiers bagnards anglais sont envoyés à Botany Bay.

La recherche des Terres Australes a entraîné la découverte de l’Australie. Même si l’existence des Terres Australes reposait sur un présupposé infondé (le nécessaire équilibre des masses terrestres), cette représentation du monde datant de l’Antiquité a nourri les désirs d’empire des puissances européennes.

Questions

Par rapport au texte de Brian Hooker :

1- Identifiez les différents éléments théoriques justifiant l’existence d’un continent austral.

2- Identifiez les différents éléments empiriques qui vont substantialiser l’existence de ce continent.

Documents

Brian Hooker (2000) Ptolémée connaissait-il l’Australie ? Mappemonde, n°3, pp.37-40 http://www.mgm.fr/PUB/Mappemonde/M300/Hooker.pdf

Cartes

https://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/f/f0/Claudius_Ptolemy-_The_World.jpg

https://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/2/28/Desceliers_1550_map_-_Australia_detail.jpg

https://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/9/90/Thevenot_-_Hollandia_Nova_detecta_1644.png

LGO39C1 : TD3 – Déconstruire le regard colonial : les Aborigènes, entre nature et civilisation

australia

Au cours de ce TD nous reviendrons sur le regard colonial et la nécessaire mise à distance de l’Autre lors de toute entreprise coloniale.

Ce texte de Peter Dowling revient sur la représentation iconographique des Aborigènes dans les journaux illustrés australiens de la deuxième moitié du XIXème siècle. En replaçant ces gravures et leurs commentaires, largement diffusées par la presse, dans leur contexte historique et social, Peter Dowling interroge le regard colonial porté sur les Aborigènes. Loin d’être figée, la distance instaurée entre les colons anglo-saxons et les Aborigènes n’a cessé d’évoluer au cours du XIXème siècle. Plusieurs éléments vont conditionner la représentation des Aborigènes par les colons :

– le contexte historique

Au gré de l’intensité des conflits entre colons et Aborigènes, la teneur des représentations évoluent. On passe ainsi de représentations mettant en scène les Aborigènes à l’état de Nature (le Bon Sauvage), comme élément inoffensif du paysage, à des gravures mettant en avant la violence des conflits pour la terre (le mythe de la Frontière), et enfin des gravures soulignant l’inéluctabilité de l’assimilation (mariages, le rôle de la station et de sa mission civilisatrice).

– Les représentations scientifiques et philosophiques

Plusieurs représentations scientifiques concurrentes vont se relayer au cours du XIXème siècle pour appréhender les Aborigènes et leur position dans l’échelle du Progrès.

Inspirée des principes des Lumières, une première représentation repose sur l’idée d’un cycle et l’existence d’étapes de l’état de Nature à l’état de civilisation (« The Course of Empire » pour reprendre une figure artistique, voir les tableaux de Thomas Cole) : sauvages > société pastorale > société agricole > société urbaine-marchande. Selon cette théorie, les Aborigènes seraient les descendants d’une civilisation sophistiquée, et l’intérêt porté aux Aborigènes se teinte de nostalgie et de romantisme (un parallèle évident avec l’orientalisme en vogue à l’époque).

Après 1860 et les premières théories évolutionnistes de Charles Darwin, la perception des Aborigènes ne repose plus sur une vision cyclique du progrès (progrès>déclin>progrès) mais sur une conception linéaire (progrès>déclin). Parce qu’ils seraient restés isolés trop longtemps des autres civilisations et seraient donc restés éloignés du progrès, les Aborigènes seraient condamnés à l’extinction. Dans la lutte pour la suprématie civilisationnelle et raciale, les Aborigènes n’ont plus d’autres choix que de s’assimiler.

Les années 1850 marquent le début du dénigrement régulier des Aborigènes. A partir des années 1880 ce dénigrement devient indifférence face à cette population incapable de s’adapter. A la fin du XIXème siècle et au début XXème siècle, les Aborigènes sont remisés dans les expositions coloniales, les Freak Shows, et des reconstitutions de villages aborigènes, organisées par certains éclairés nostalgiques de ces bons sauvages.

Ce texte nous montre que le rapport à l’altérité est toujours le produit de perceptions concurrentes, qui s’ancrent dans un temps et un territoire donné.

Document

Peter Dowling (1998) Aborigines of Australia under Civilisation. As seen in Colonial Illustrated Newspapers. La Trobe Journal, No 61, pp. 33-43

http://nishi.slv.vic.gov.au/latrobejournal/issue/latrobe-61/t1-g-t6.html#n43

LGO39C1 : TD4 – Réinventer le multiculturalisme en Australie

australia

A l’instar d’autres pays d’immigration (Canada, USA…), l’Australie aime à projeter l’image d’une nation multiculturelle et riche de la diversité de ses communautés (héritage européen, aborigène, asiatique, pacifique).

Pourtant plusieurs événements ont récemment remis en question ce modèle. Le sort tragique réservé aux Aborigènes lors de la colonisation, entre extermination et assimilation forcée, est devenu un enjeu de mobilisation politique, notamment sur la mise en place d’une politique de réparation en direction des Aborigènes. La multiplication des violences interraciales entre jeunes issus de l’immigration asiatique et jeunes australiens blancs interpelle à l’heure où l’Australie se rapproche, économiquement et politiquement, de l’Asie au dépend d’alignements géopolitiques hérités de la Guerre Froide et de l’époque coloniale (USA, Grande-Bretagne).

A travers une revue d’articles parus dans The Guardian, on s’intéressera donc au multiculturalisme en Australie. Reposant sur des catégorisations floues (qui sont les aborigènes aujourd’hui ?), ou des grilles de lecture confortables (clash of civilisation), nous verrons que la réification des identités telle qu’elle est relayée dans les médias ne dit rien de la complexité des situations.

Les Aborigènes : de l’assimilation à la reconnaissance ?

Ces trois articles reviennent sur la place des Aborigènes dans l’Australie actuelle. Jusque dans les années 1960-70 les Aborigènes étaient considérés comme des citoyens de deuxième classe : minorité légale, générations volées (le placement des enfants mixtes dans des institutions d’éducation), signalétique pour connaître le pourcentage de sang aborigène…

Le PM Kevin Rudd a adressé des excuses officielles à la communauté aborigène sur la question des générations volées. Son prédécesseur John Howard s’y était toujours refusé arguant du fait que les générations présentes ne seraient être tenues responsables des souffrances infligées aux Aborigènes dans le passé (tout en les déplorant). La question de réparations financières reste toujours hors de propos.

Pourtant si les Aborigènes n’ont plus à souffrir d’un racisme administratif et légal (sauf dans le Northern Territory), leur situation économique et sociale reste toujours aussi problématique (alcoolémie endémique, pauvreté). La multiplication des mariages interraciaux (supérieurs p. ex. à ceux des USA) semble indiquer une intégration accrue des Aborigènes avec le reste de la société australienne.

http://www.guardian.co.uk/world/2009/aug/27/aborigines-un-racism-australia

http://www.guardian.co.uk/world/2008/feb/13/australia

http://www.guardian.co.uk/world/2009/apr/06/aborigines-australia-marriage

Les gangs, la plage et le choc des civilisations

Début décembre 2005, l’agression de deux sauveteurs par un gang de délinquants d’origine libanaise sur la plage de Cronulla dans la banlieue de Sydney déclenche une vague de violences interraciales. La manifestation de protestation qui rassemble plusieurs milliers de personnes dégénère avec des agressions sur des passants de « type arabe » (Wog bashing). S’en suivent des expéditions punitives menées par des jeunes d’origine arabe et plus tard par de jeunes australiens blancs. La situation devient incontrôlable. Trois ans après l’attentat de Bali qui a vu le décès de 88 Australiens, à une époque où l’Australie est engagée en Afghanistan et en Irak au côté des USA, le pays se découvre sur la ligne du « clash of civilisation ».

Le premier article vient rappeler le déroulement des faits, le rôle joué par les médias et notamment les radios dans la création d’un climat de tensions exacerbées. A travers leurs talk-shows et les émissions de libre-antenne, elles relaient les rumeurs les plus folles, les positions les plus extrémistes, qui renforcent les stéréotypes racistes.

Le deuxième article, écrit un an après les événements de Cronulla Beach, donne un angle assez différent à l’affaire et rappelle l’importance de l’ancrage territorial. La plage est un espace public par excellence particulièrement dans la région de Sydney où il est un lieu important de socialisation pour chaque communauté : espace de rencontre, lieu d’échange et de partage. Les sauveteurs ont par ailleurs une dimension iconique forte en Australie (jeunes, sportifs, dédiés à la communauté). L’agression des deux sauveteurs est donc ressenti comme un acte fort contre la communauté et contre son territoire. Cette agression n’est par ailleurs pas le premier fait d’arme de ce gang de jeunes d’origine libanaise sur cette plage. La manifestation est donc pour la communauté l’occasion de reprendre le contrôle territorial de la plage (« Reclaim the Beach »). Il existe par ailleurs une tradition de confrontations violentes entre gangs pour le contrôle des plages (dès les années 1950-60 : les Bodgies, les Widgees, les Surfies…).

Ce qui n’aurait pu être qu’un conflit localisé a pris des proportions démesurées à l’heure d’un clash of civilisation mal digéré par les différents protagonistes (médias, groupuscules d’extrême droite…). Si les Libanais forment une petite minorité en Australie, le règne de l’amalgame leur donne une visibilité disproportionnée. Le conflit de Cronulla Beach nous renvoie à la théorie défendue par A. Appadurai dans Fear of small numbers. A geography of anger. selon laquelle les minorités posent problème aux sociétés parce qu’elles questionnent une cohésion sociale et nationale supposément achevée.

http://www.guardian.co.uk/world/2005/dec/18/australia.bernardoriordan

http://www.guardian.co.uk/world/2006/oct/21/australia.mainsection