Un atlas du recensement indien de 2011

Introduction

L’Inde réalise depuis 1871 un recensement exhaustif de sa population. Tous les dix ans, cet exercice de grande ampleur (The Hindu, 2010) est l’occasion pour les autorités, comme pour les chercheurs, d’analyser les changements démographiques, sociaux et économiques qui affectent la population indienne. Même si on peut discuter la validité de certaines définitions, comme pour les unités urbaines (Denis, Marius-Gnanou, 2011), la lenteur avec laquelle certaines données sont rendues publiques, notamment à des échelles désagrégées (villages, arrondissements), ou l’intérêt d’un recensement décennal contre d’autres méthodes plus dynamiques, les données du recensement constituent une entrée unique pour comprendre les différenciations spatiales qui marquent le territoire indien.

L’objectif du présent dossier n’est pas d’analyser en détail les résultats du recensement de 2011, ni de faire émerger une géographie de l’Inde (voir Durand-Dastès, 2012 pour une première analyse des résultats). Par une série de cartes, on veut offrir une approche exploratoire du territoire de ce pays-continent. À partir de la cartographie de données démographiques, sociales et économiques pour les 640 districts qui composaient l’Inde en 2011, se dessine un pays marqué par la permanence de fortes disparités régionales. La géographie de ces disparités change en fonction des indicateurs retenus qui font apparaître tantôt des discontinuités entre nord et sud, est et ouest, espaces côtiers et marges de l’intérieur, voire entre sous-ensembles régionaux. Si la cartographie est un puissant révélateur de la fragmentation du territoire indien, il reste à comprendre les processus sociaux, économiques et politiques à l’oeuvre derrière la distribution spatiale d’un indicateur. Le lecteur est donc invité à se reporter à des ouvrages généraux (p.ex. Landy, Varrel 2015) ou des ressources en ligne (p.ex. Dossier Inde, Géoconfluences, 2015) pour explorer dans le détail certaines des questions soulevées par ces cartes.

L’Union Indienne

Cours

Séance 1 – Les minorités tribales en Inde

Au cours de cette séance, on abordera la place des minorités tribales en Inde. Le territoire est au cœur de la reconnaissance de l’identité tribale et de la place de ces minorités dans la société indienne. Des communautés tribales sont reconnues comme telles dans certains États de l’Union Indienne mais pas dans d’autres. De larges pans du territoire indien sont des zones protégées au nom de la préservation des tribaux et de leur identité. Des États et des entités administratives sont créés pour garantir aux tribaux un contrôle politique sur leur territoire et ses ressources. Cette territorialisation de la catégorie tribale, toujours en évolution, ne se fait pas sans heurts, et sert des intérêts contradictoires : préservation de l’identité tribale vs intégration de ces communautés à la société indienne.

Lefebvre, Géoconfluences, 2015 : un article synthétique sur la place des minorités tribales.

Séance 2 – Politiques de santé et réseaux de soins en Inde

Au cours de cette séance, nous reviendrons sur les politiques de santé et les réseaux de soins en Inde. A l’Indépendance, l’Inde souhaite s’orienter vers un système de soins public accessible à tous. Soixante ans plus tard, le secteur privé est devenu l’entrée privilégiée du système de soins pour le patient indien. À travers une approche sensible aux discontinuités territoriales, nous mettrons en perspective les mécanismes politiques, économiques et sociaux à l’œuvre dans la privatisation des soins. On reviendra aussi sur les difficultés à faire émerger une politique de santé et des réseaux de soins d’échelle nationale face à la forte fragmentation du territoire indien en termes de profils épidémiologiques et d’offre de soins.
Lefebvre B, Transcontinentales, 2007 : un article sur la privatisation progressive du système hospitalier indien.
Lefebvre B, Cybergéo, 2015 : un article sur l’essor et le déclin d’un réseau de cliniques franchisées en Inde.

Des patients, des praticiens et des murs : Penser le bien-être à l’hôpital en Inde et ailleurs

Mardi 29 septembre 2015, à partir de 9h15

Dans le cadre de l’atelier Idéologies et pratiques du « bien-être »
Centre d’Études de l’Inde et de l’Asie du Sud (CEIAS) – EHESS, Paris

Organisation
Clémence Jullien, Bertrand Lefebvre, Fabien Provost

Présentation de la journée d’étude

Dans le cadre de l’Atelier Idéologies et pratiques du « bien-être » coordonné par C. Guenzi, L. Pordié et R. Voix (CEIAS-EHESS), cette journée d’étude veut s’intéresser à l’hôpital en Inde, un lieu de soins de plus en plus fréquenté par les patients locaux et étrangers. Il s’agit pour les organisateurs à la fois de présenter une partie de leurs travaux respectifs (1), d’offrir un panorama actualisé de la recherche sur un espace de prise en charge en mutation (2), et d’ouvrir une discussion sur la place du « bien-être » dans l’hôpital à partir de recherches croisées (Inde, France, Maroc) (3).
Avec l’allongement de l’espérance de vie, l’essor des maladies dégénératives, le développement de l’assurance-santé, y compris pour les patients pauvres (p.ex. RSBY) et l’implantation de nouvelles politiques de santé, le secteur hospitalier indien connaît de profondes mutations. Des hôpitaux « cinq étoiles » aux petites maternités de quartier, le système hospitalier se développe avec une pluralité d’offres et de services alignée sur la forte fragmentation de la société indienne.
Aujourd’hui, les hôpitaux publics indiens ploient sous la double contrainte de ressources financières et humaines limitées et de patients toujours plus nombreux. Les cliniques privées se multiplient dans le pays sans contrôle effectif apparent. Les patients méconnaissent leurs droits et se plaignent fréquemment du rapport au personnel médical. Enfin, l’hospitalisation entraîne des milliers de familles à travers le pays dans la spirale de l’endettement et de la pauvreté. La notion de bien-être apparait ainsi en creux et, loin de se limiter à une dimension purement médicale, s’inscrit dans des dimensions matérielles, économiques, réglementaires et socioculturelles.
Cependant, au nom du bien-être du patient, des protocoles sont établis (prise en charge, relation patient-médecin), des hôpitaux sont transformés (réorganisation des services et des espaces), des choix thérapeutiques sont opérés (équipement médical, spécialisation). Parallèlement à ces orientations qui répondent à des normes biomédicales et institutionnelles, l’hôpital est aussi un lieu où différentes conceptions du bien-être se confrontent, coexistent et parfois s’hybrident. Ainsi, plusieurs hôpitaux privés très récents adoptent les principes du Vastu Shastra, l’architecture traditionnelle hindoue et des protocoles de soins intégrant soins biomédicaux et thérapies traditionnelles (Ayurveda) sont crées.
La notion de bien-être apparait ainsi comme un prisme intéressant pour interroger les (dys)fonctionnements et les mutations du système hospitalier et, plus globalement, pour analyser la pluralité des normes sanitaires et des acteurs en jeu.
Cette journée d’étude se fixe également pour objectif de penser le cas de l’Inde en matière de bien-être à l’hôpital grâce à la comparaison avec la situation d’autres pays. Les interventions et discussions nous conduiront ainsi à rapprocher ou distinguer la situation indienne de celle du Brésil, de la France ou du Maroc.

Universalisation of health care in India: questions, methods and assessment

A methodological workshop organised during the Social Sciences Winter School, Puducherry University, December 8-12, 2014

Coordinator
Bertrand Lefebvre, Geography, University of Rouen, Faculty of Tropical Medicine of Bangkok

Invited Tutors
Audrey Bochaton, Geography, University Paris Ouest Nanterre
Abhiroop Mukhopadhyay, Economy, Indian Statistical Institute Delhi
Venkat Raman, Health Services Management, Faculty of Management Studies University of Delhi
Olivier Telle, Geography, Institut Pasteur Paris, Centre de Sciences Humaines de New Delhi

[EN] Universalisation of health care is at the heart of health policy in India since Independence in 1947. Since then, the country has experienced different models to improve access to health services and ensure universal care to entire population. During the first decades after 1947, the government has planned and invested in the development of a national and integrated network of care facilities (primary, secondary and hospital).

The private sector was later on supported through Public-Private Partnership policies in order to develop and diversify the supply of care. Targeted programs have been implemented for some patients (tuberculosis, HIV / AIDS, mother and child). Programs for health insurance have been developed over the last decade to reduce financial barriers to care for the poor (RSBY, Aarogyasri Scheme). Despite the proliferation of governmental and private initiatives, the majority of the Indian population still has great difficulty in obtaining appropriate health care services.

The lack of health centre near by is cited as the second reason for not using government health services after the low quality of care (NFHS-3). According to the same survey, a quarter of women placed remoteness of care services as the first barrier in access to care. Along these problems of spatial coverage, other barriers stand between patients and health care services. Health expenditures are for example the second cause of indebtedness of rural families. In 2004-05, 39 Million people slipped into poverty due to health spending (NSSO2004-05).

Availability of services, financial, organizational, social and cultural barriers as well as health needs are all components of access to health, and whose evaluation requires a multidisciplinary approach. This workshop will present various approaches and methodologies to assess programs and policies aimed at universal health care in India.

[FR] L’accès à la santé est au cœur des politiques de santé en Inde depuis l’Indépendance en 1947. Depuis cette période, le pays a expérimenté différents modèles pour améliorer l’accès aux services de santé et garantir l’universalisation des soins à l’ensemble de la population. Pendant les premières décennies suivant 1947, les pouvoirs publics ont investi dans le développement d’un réseau de soins national et intégré (soins primaires, secondaires et hospitaliers) afin d’améliorer la desserte du territoire. Le secteur privé a été soutenu par des mesures de Partenariat Public-Privé afin de développer et de diversifier l’offre de soins. Des programmes ciblés ont été mis en place pour certains patients (tuberculose, VIH/SIDA, soins de la mère et de l’enfant). Des programmes d’assurance-santé ont été développés au cours de la dernière décennie pour réduire les barrières financières aux soins pour les plus démunis (RSBY, MAMTA).

Malgré la multiplication des initiatives gouvernementales et privées, la majorité de la population indienne éprouve encore de grandes difficultés à obtenir des services de soins appropriés. L’absence de centre de soins à proximité est citée comme la deuxième raison pour ne pas utiliser les services de santé gouvernementaux, après la faible qualité des soins (NFHS-3). Selon la même enquête, un quart des femmes interrogées place l’éloignement des services de soins comme la première difficulté dans l’accès aux soins. A ces problèmes de desserte spatiale, d’autres barrières se dressent entre les patients et les services de soins. Les dépenses de santé constituent par exemple la deuxième cause d’endettement des familles rurales. En 2004-05 39 M. de personnes sont passés sous le seuil de pauvreté à cause des dépenses de santé (NSSO 2004-05).

Disponibilité des services, obstacles financiers, organisationnels, sociaux et culturels, besoins de santé sont autant d’éléments constitutifs de l’accès à la santé, et dont l’évaluation réclame une approche multidisciplinaire. Cet atelier veut présenter différents outils méthodologiques pour analyser les résultats des politiques d’accès et d’universalisation des soins en Inde.

[SITE]